Cameroun - Littoral: Plusieurs quartiers de la ville de Douala inondés à cause des pluies

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Aug-2017 - 19h51   4385                      
1
Un quartier de Douala inondé Archives
La scénario s'est reproduit mardi dernier dans la capitale économique du Cameroun.

Depuis quelques temps, la ville de Douala subi les caprices de "Dame Pluie", qui s'abat systématiquement dans la capitale économique, causant au passage de nombreuses inondations. Mardi dernier encore, plusieurs quartiers étaient submergés par les eaux à cause d'une forte pluie qui s'est abattue dans la ville, indique La Nouvelle Expression du mercredi 22 août 2017.

Entre autres conséquences de cette situation, des retards dans les lieux de services pour les usagers dont la plupart sont obligés de se frayer un chemin sous les averses, tout en plongeant les pieds dans les torrents d'eau. "Regardez l'état de notre quartier, il est déplorable chaque fois qu'il pleut ici c'est inondé. Aujourd'ui même c'est passable parce que d'habitude, l'eau entre dans les maisons. Nous attendons juste que la pluie  prenne fin et que la marée baisse. La preuve, je suis encore ici à cette heure (11h) d'une journée ouverte. Je vais seulement entrer dans l'eau là car il faut que j'aille au  travail", déclare un usager.

D'après le journal, les habitants du quartier Bonewonda par exemple  vivent entièrement dans l'eau. En effet, les maisons sont construites dans des marécages, non loin du Wouri. Celles-ci sont donc entourées d'eau et à chaque averse, c'est le calvaire. "Je ne peux rien faire ce matin, même aller aux toilettes est impossible parce qu'elles se trouvent hors de la maison. Le matin, j'avais de l'eau jusqu'au genoux. C'est vrai que nous avons l'habitude de voir la marée monter pendant la saison pluvieuse mais là c'était trop", confie une habitante de ce quartier.

A côté de cela, dans les marchés et autres, les commerces sont au ralenti.  Néanmoins, certains profitent de ces occasions pour se faire un peu d'argent, surtout les adolescents. Pour ceux qui n'ont d'autre choix que de défier la pluie, ils sollicitent souvent les services des ces adolescents,  qui se proposent de les porter au dos d'un bout à l'autre moyennant de l'argent, peut-on lire dans le journal.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 contact@cameroon-info.net
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique