Cameroun - Lutte contre la corruption: Accusée de détournement de 32 milliards de FCFA, CONGELCAM va traîner la CONAC en justice

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Jan-2019 - 22h34   4722                      
5
Siège de CONGELCAM à Douala archives
L’entreprise estime que le dernier rapport de la Commission Nationale Anti-Corruption est dépourvu de toute crédibilité.

La guerre est officiellement déclarée entre l’entreprise CONGELCAM SA et la CONAC. Dans son rapport pour l’année 2017, publié le 28 décembre 2018, la Commission Nationale Anti-Corruption reproche au leader camerounais de l’importation, la distribution et la vente des produits de mer, et à son président directeur général, Sylvestre Ngouchinghé, un détournement de deniers publics, à hauteur de plus de 32 milliards de FCFA.

Un montant qui, selon l’institution en charge de la lutte contre la corruption, est la somme des faits de fraudes douanières et fiscales, des transferts irréguliers de capitaux et des pratiques de corruption. La publication de ce rapport, a fait bondir les responsables de CONGELCAM qui parlent d’«affabulations».

La société du sénateur Ngouchinghé va d’ailleurs traîner la CONAC en justice. L’annonce a été faite par le conseiller juridique de l’entreprise, au cours de la conférence de presse qu’il a donnée à Yaoundé le 14 janvier 2019. «La CONAC n’a jamais investigué chez nous en 2017 et le montant supposé avoir été détourné, plus de 32 milliards d’après des allégations, est fictif» a déclaré Me Joseph Kankeu.

Le quotidien La Nouvelle Expression en kiosque ce 15 janvier 2019, rapporte qu’après publication du rapport querellé, CONGELCAM a saisi la CONAC par correspondance, le 2 janvier 2019. Mais cette protestation est restée sans réponse. «La CONAC a produit un rapport dépourvu de toute crédibilité, ayant conduit à la mise à mal des intérêts d’une noble société qui concourt au progrès économique du Cameroun», s’offusque Me Kankeu.

L’avocat de CONGELCAM croit savoir que la CONAC a confectionné son rapport sur la base «de fausses informations publiées par le journal Cameroun Matin, qui s’est appuyé sur un article du journal La Météo du 17 août 2009». Me Kankeu a rappelé que CONGELCAM avait «attaqué en justice le journal Cameroun Matin, pour diffamation, injures et fausses nouvelles. Le journal avait d’ailleurs perdu le procès et frappé d’une amende d’un million», souligne le conseil juridique de GONGELCAM SA.

Fred BIHINA

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique