Cameroun – Lutte contre la Corruption : Le Littoral peine à sortir de la zone rouge

Par Marie Louise SIMO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Jul-2018 - 20h45   1734                      
0
président Conac Conac
Dernière au classement régional, la région du Littoral est la zone la moins active dans les efforts de Lutte contre la corruption au Cameroun.

L’Afrique perd en moyenne, environ 83 mille milliards de F Cfa par an en raison des pratiques frauduleuses imposées par la corruption. Dans son rapport sur l’état de la corruption en 2016, la Commission nationale anti-corruption (Conac) a relevé que le trésor public a enregistré une perte de 1 302 milliards F Cfa. Toujours selon la Conac le  Littoral  occupe la dernière place des dix régions,  dans le classement régional des zones les plus actives dans les efforts de Lutte contre la corruption au Cameroun.

Pour combattre ce fléau dans cette région économique du Cameroun, une caravane de fixation de plaques anti-corruption a été lancée ce mercredi 11 juillet 2018 à Douala par le président de la Conac, Dieudonné Massi Gams. « Il n’y a aucune dignité à se servir au mépris de l’engagement  qu’on a pris de servir », souligne Dieudonné Massi Gams, à l’attention des acteurs du service public au cours de la cérémonie de lancement de ladite caravane. Cette caravane de sensibilisation de la CONAC vise d’une part, à susciter une adhésion populaire à la lutte contre la corruption afin que le Cameroun atteigne une masse critique d’acteurs prêts à dire « non à la corruption dans les services publics ». Egalement, à sensibiliser les personnels des administrations, les usagers ainsi que l’opinion publique sur les méfaits de la corruption ceci, dans l’optique de rétablir la confiance du public dans nos dirigeants et nos institutions publiques.

Cette campagne passera entre autres  dans les délégations régionales, à l’Université de Douala. La Conac attend  mettre un accent particulier sur les services financiers. Notamment la Douane, le trésor et les impôts. Cette institution a également sensibilisé la population sur l’utilisation du numéro vert, le 1517,  pour dénoncer toute tentative de corruption.

Cette sortie de la Conac intervient dans le cadre de la célébration de la première  édition de la journée africaine de lutte contre la corruption. La Conac met ainsi en pratique une recommandation de l’assemblée générale de l’Union africaine qui a décidé en juillet 2017 de faire de l’année 2018, « l’année africaine de lutte contre la corruption » sous le thème : « Vaincre la corruption, une voie durable pour la transformation de l’Afrique ».

Marie Louise SIMO

Auteur:
Marie Louise SIMO
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique