Cameroun – Lutte contre la corruption: Le sous-secteur du transport routier a ete le plus corrompu au Cameroun en 2020, d’après la CONAC

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Sep-2021 - 22h15   2715                      
0
La brigade de la circulation et de prévention routière du Mintransport en action Capture d'écran
Il s’agit de celui ayant enregistré le nombre de cas de dénonciations de pratiques de corruption le plus élevé l’année dernière, selon le rapport 2020 de la  Commission nationale anti-corruption rendu public ce jeudi 23 septembre 2021 à Yaoundé.

« Les atteintes à la fortune publique et à la gouvernance n’ont pas connu de ralentissement dans notre pays. Un indicateur pertinent de cette réalité est le nombre de dénonciations enregistrées par la Conac à savoir 16.067 au total », a ainsi analysé de façon globale le président de la Commission nationale anti-corruption (CONAC), le Rev Dieudonné Massi Gams, au cours de la présentation officielle ce jeudi 23 septembre 2021 au palais des Congrès de Yaoundé, du onzième rapport d’activités de la CONAC relatif à l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2020.

Ces pratiques de corruption de plus en plus endémiques et décriées par la CONAC, ont été plus prononcées dans le sous-secteur du transport routier en 2020. Il s’agit en effet de celui ayant enregistré le plus grand nombre de cas de dénonciations par appels téléphoniques, soit un taux de 17%, contre 14,60% pour le secteur des affaires foncières, suivi du corps des Forces de maintien de l’ordre (13,60%), de celui des finances (12,60%), puis du secteur de la justice (11,30%). Autrement dit, les ministères en charge de ces différents portefeuilles sont parmi les plus corrompus du pays.

Aussi, le document de 225 pages renseigne en substance que l’Etat du Cameroun a subi un préjudice financier d’une valeur de 17,611 milliards de FCFA pour des affaires de corruption et des infractions assimilées, d’après les rapports d’investigations menées par la Conac et les décisions rendues par le Conseil de Discipline Budgétaire et financier (Cdbf) du Contrôle supérieur de l’Etat, du Tribunal Criminel Spécial (Tcs).

 

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique