Cameroun - Lutte contre le Coronavirus: La CICAM explique pourquoi ses masques coutent 1300 FCFA

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-May-2020 - 18h51   4776                      
4
Fabrication de masques Patricia Ngo Ngouem
L’entreprise textile explique  que son masque respecte toutes les normes prescrites par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le 7 mai 2020, la Cotonnière Industrielle du Cameroun (CICAM) a mis sur le marché, ses premiers masques lavables de protection contre le Coronavirus,  au prix unitaire de 1300 FCFA. L’annonce a été faite par le service marketing et commercial de l’entreprise.

A peine dévoilé, le prix de ces masques «made by CICAM», a provoqué un tollé général au sein de l’opinion nationale. Certaines figures politiques à l’instar de Anne Feconde Noah, la porte-parole du député Cabral Libii, se sont violemment insurgées contre les prix pratiqués par l’unique entreprise textile de la sous-région, arguant que le coût de ses masques de protection était trop élevé pour le camerounais moyen.

Cependant, d’après des informations relayées par le journal Ecomatin, la politique commerciale mise en place par CICAM autour de ces masques est la conséquence du peu de soutien apporté par l’Etat à son initiative.

«L’Etat n’a pas subventionné la production du masque par CICAM. Il lui a donc demandé de vendre le tissu aux producteurs de masques» lit-on dans les colonnes de ce journal spécialisé dans les questions d’économie.

«La CICAM a soumis une demande de subvention au ministère des Finances (MINFI). Celle-ci visait notamment à emmener l’Etat, soit à financer l’achat de certains intrants, auquel cas le masque reviendrait à 400 FCFA, soit alors à tout financer et le masque reviendrait alors à 200 FCFA. Cette offre n’a pas rencontré l’adhésion du MINFI», précise le journal.

De plus, la CICAM explique que son produit est lavable 15 fois, ce qui réduit la dépense à 86 FCFA l’unité. Par ailleurs, à en croire les responsables de l’entreprise, ledit masque respecte toutes les normes prescrites par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Reste à savoir si les camerounais seront réceptifs à ce message.

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique