Cameroun – Lutte contre le coronavirus/Malachie Manaouda (ministre de la Santé Publique): «Nous sommes partis d’1 à 2 décès par semaine, après on est monté à 3, 4 décès par semaine…  aujourd’hui on est à 32 décès par semaine.

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Feb-2021 - 00h44   7147                      
6
Dr Manaouda Malachie, Ministre de la santé publique Archices
Le membre du gouvernement s’exprimait ainsi le lundi 22 février 2021, lors du 20h30 de la CRTV

Depuis quelques jours, le Cameroun fait face à une résurgence des cas et des décès liés au Covid-19. La pandémie qui s’était progressivement estompée connait une nouvelle vigueur qui inquiète les autorités sanitaires. Cette situation est en grande partie due à l’incivisme des camerounais qui dans leur grande majorité ne respectent pas les mesures  barrières prescrites par le gouvernement pour enrayer la progression de la maladie. Encouragés en cela par l’assouplissement dans l’observance desdites mesures, décidée il y a plusieurs mois par le président de la République Paul Biya. Dans les boites de nuit, les restaurants, les bars et les transports en commun ça se bouscule. Le port du masque n’est plus qu’un vague souvenir.

Pourtant, au ministère de la Santé Publique on continue de prêcher l’évangile de la prévention. Malachie Manaouda, le chef de ce département ministériel ne s’en lasse pas même si ses mises en garde tombent très souvent dans des oreilles de sourds. Il s’est  d’ailleurs une nouvelle fois livré à cet exercice le lundi 22 février 2021. Le membre du gouvernement était l’invité du 20h30 de la CRTV. Au cours de ce journal télévisé,  il a notamment donné des informations concernant la progression de la maladie ces derniers mois.

«Dans la vie d’une épidémie, vous pouvez à un moment donné maitriser la situation, mais vous pouvez également avoir de temps en temps des petites poussées. C’est ce que nous constatons aujourd’hui. Les indications sont calières. En ce qui concerne les hospitalisations, nous partons d’une situation où nous avions il y a quelques mois, 0,5% Nous sommes montés à 3%, aujourd’hui nous sommes à 5% d’occupation des lits. Si nous prenons également les décès, on est parti de 1 à 2 décès par semaine, après on est monté à 3,4 décès par semaine, on est monté à 12 décès par semaine, après 23 décès par semaine, aujourd’hui on est à 32 décès par semaine. Quand nous regardons cela nous pensons qu’il y a quelque chose qu’il faut faire. Lorsque nous voyons l’élution globale de l’épidémie, il n’y a pas matière à s’alarmer outre mesure. Il faudrait tout simplement que nous reprenions conscience», a-t-il déclaré.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique