Cameroun – Lutte contre le Covid-19/Célestin Djamen (au sujet du don refusé de Maurice Kamto): « …Si un ministère refuse mon don, je n’ai ni à bavarder comme une pie ni à pleurnicher comme un gueux, je descends dans les carrefours ou dans les centres hospitaliers et je les distribue »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-May-2020 - 16h03   25976                      
176
Célestin Djamen capture d'écran
Le secrétaire national aux droits de l’homme du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun désapprouve l’attitude du président de son parti, de ses proches collaborateurs et des responsables de l’initiative Survie Cameroon Survival Initiative.

Célestin Djamen n’a pas changé sa nouvelle habitude consistant à critiquer parfois vertement les actions de son parti et de ses alliés. Le secrétaire national aux droits de l’homme du  Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) n’a pas loupé le président Maurice Kamto, ses collaborateurs et les responsables de la plateforme de collecte de fonds contre le Covid-19 Survie Cameroon Survival Initiative (SCSI). Commentant le refus de ses dons par le ministre de la santé publique vendredi soir sur Facebook, l’ancien du Social Democratic Front a déclaré que les donateurs n’avaient pas à s’en offusquer comme ils l’ont fait tout en leur  suggérant une autre attitude. « Lorsqu’il s’agit du matériel médical, les directeurs des centres hospitaliers sont là et n’attendent que ça !!! Ils apprécieraient hautement de recevoir du matériel des citoyens ou des associations car l’Etat ne leur en fournit pas toujours. Ça se fait tous les jours par des associations qui n’ont jamais eu besoin de passer par un ministère ».

Célestin Djamen demande à Maurice Kamto de rompre tout formalisme et de foncer avec leurs paquets chez ceux qui en ont besoin immédiatement.« S’agissant des masques barrières, chirurgicaux ou thérapeutiques, si un ministère refuse mon don, je n’ai ni à bavarder comme une pie ni à pleurnicher comme un gueux, je descends dans les carrefours ou dans les centres hospitaliers et je les distribue. En 15 minutes le tour est joué et j’aurais sauvé des vies. Le reste n’est que balivernes ». Comme il fallait s’y attendre ces propos agitent la toile. De nombreuses captures d’écran sont partagées sur les réseaux sociaux. Les uns critiquant cette  tendance de Djamen à ramer à contre-courant et d’autres, des détracteurs de Maurice Kamto, l’acclamant.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique