Cameroun - Lutte contre le COVID-19/Mgr Samuel Kleda (archevêque de Douala): «1 200 personnes ont reçu le traitement et toutes ont été guéries»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-May-2020 - 07h02   4834                      
12
Mgr Samuel Kleda capture d'écran
Le prélat se félicite du fait que le Chef de l’Etat ait encouragé la recherche de solutions endogènes pour barrer la voie à la pandémie.

Monseigneur Samuel Kleda, qui a mis sur pied un traitement anti-COVID à base de plantes médicinales, était le 21 mai 2020, l’invité du journal parlé de 13 heures de la CRTV Radio, le média d’Etat. L’archevêque de Douala s’est réjoui du fait que le Président Paul Biya, dans son message à la Nation 48 heures plus tôt, ait encouragé la recherche des solutions internes dans la lutte contre le COVID-19.

«C’est cela que j’attendais depuis très longtemps. Si aujourd’hui, le Chef de l’Etat dit que ces solutions doivent être encouragées, pour moi, c’est une très bonne nouvelle. Nous pouvons nous aussi trouver une solution sur place au Cameroun. Je me vois réconforté dans le travail que je fais», a-t-il déclaré.

Le prélat a indiqué que les chiffres des personnes ayant eu recours à son traitement et ayant recouvré la santé sont sans cesse croissants. «Aujourd’hui, nous avons enregistré 1 200 personnes qui ont reçu le traitement. Du coup, les symptômes ont disparu et je dirai que ces gens sont guéris. Toutes les personnes qui ont reçu le traitement, nous n’enregistrons aucun décès. Vous pouvez voir les chiffres et contacter les personnes qui ont reçu le traitement», assure Mgr Kleda.

Lorsqu’on lui demande quelle est sa réaction au sujet de la position de l’Ordre des Médecins du Cameroun, qui a émis des réserves sur son traitement en attendant des études approfondies, l’ancien président de la Conférence Episcopale du Cameroun a cette réponse: «Il y a des gens qui disent que le produit n’a pas été homologué, ce n’est pas reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé. Mais, il faut dire que nous nous trouvons dans une situation très critique. Il y a des gens qui meurent. Si on a un traitement, il faut agir vite sauver des vies. C’est dans le sens-là que je me suis engagé. Ceux que ça intéresse, ils feront leur travail, mais entretemps, je fais aussi le mien».

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique