Cameroun - Manifestations publiques: Une marche contre «les souffrances du peuple» interdite à Maroua (Extrême-Nord)

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Nov-2020 - 10h08   3976                      
1
Motos Taxis Archives
Le Sous-préfet de la commune de Maroua II, Julien Eymard Plong, dénonce une volonté pour les organisateurs de porter atteinte à l’unité et à la paix sociale.

En cette veille de l’élection des conseillers régionaux prévue le 6 décembre 2020, les pouvoirs publics redoutent toute action visant à compromettre son déroulement, ce d’autant plus qu’elle est perçue comme le parachèvement du processus de décentralisation du Cameroun. Du coup, l’administration territoriale est sur ses gardes et ne prévoit pas d’autoriser des manifestations publiques en cette période, en dehors des meetings de campagne.

A Maroua II, le Sous-préfet, Julien Eymard Plong, vient de rejeter une demande de manifestation déposée dans ses services le 20 novembre 2020 par «le collectif citoyen contre les souffrances du peuple», introduite par son porte-parole, Jean Pierre Boutche, par ailleurs Secrétaire de la fédération communale du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à Maroua, région de l’Extrême-Nord.

L’autorité administrative a signé le mardi 24 novembre 2020, une décision portant interdiction jusqu’à nouvel ordre de «toutes marches, activités, publications, réunions et manifestations publiques projetées par le *Collectif citoyen contre les souffrances du peuple* sur l’étendue de l’arrondissement de Maroua II».

Julien Eymard Plong indique que ce collectif souffre d’un défaut de déclaration, et redoute par ailleurs une menace de trouble à l’ordre public. Davantage, il évoque «une démarche visant à porter atteinte à l’unité et à la paix sociale». Il va sans dire que le Sous-préfet de Maroua II voit derrière les actions envisagées par ce collectif une manœuvre du MRC, ce d’autant plus que son porte-parole est un cadre de ce parti.

Le parti de Maurice Kamto ayant annoncé depuis deux mois qu’il va tout mettre en œuvre pour empêcher la tenue des régionales, tant que la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’a pas été résolue, et que le système électoral n’a pas été réformé.

 

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique