Cameroun - Marches du 22 septembre 2020: L’audience en habeas corpus de 25 militants du MRC reportée !

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2021 - 07h31   2128                      
1
Militants du MRC archives
A l’audience du 12 janvier 2021, l’accusation et la défense n’ont pas pu s’accorder sur les observations préliminaires.

C’est le 19 janvier 2021 que le Tribunal de Grande Instance du Mfoundi à Yaoundé va peut-être examiner la demande de libération immédiate de 25 militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), arrêtés dans le cadre des marches du 22 septembre 2020 et écroués à la prison de Kondengui.

L’audience en habeas corpus de mardi, n’a duré que quelques minutes. C’est que, les différentes parties n’ont pu s’accorder sur les observations préliminaires.

Voici le récit de Me Hippolyte Meli, coordonnateur du collectif d’avocats Sylvain Souop, qui défend les prévenus.

«Le premier des 25 requérants appelé est M. Kagho Kana… Monsieur le juge nous invite à présenter les faits. Nous préférons commencer par les observations préliminaires,  ce qu'il nous accorde.

Son attention est attirée d'abord sur le décorum de l'audience, observation faite de ce que la place donnée au ministère public qui n'est pas partie au procès est gênante,  ensuite sur les faits de tortures qui ont acté l'arrestation suivie de la détention du requérant. Nous sommes arrêtés par une objection du ministère public: ‘‘adressez-vous à qui de droit sur la torture et sur la place que nous occupons le Président attend les faits’’.

Le président fait sien l'objection.  La défense s'offusque ! Elle se demande si le procès en habeas corpus se déroule comme celui des procédures correctionnelles ou criminelles ?

Questionnant cette juridiction telle qu'elle est apparue ce jour, nous avons la peine à nous accommoder de cette interruption brusque et soudaine.

Nous reprenons la parole pour expliquer ce qui doit être entendu par observations préliminaires relatifs au décorum de l'audience.

Nouvel énervement du juge suivi d’une nouvelle interruption !

Me Fonka insiste sur les préliminaires suivi par Me Ndong.

La notion de "Tribunal établi par la loi, indépendant et impartial " de l'article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, nécessaire pour qu'une cause soit par la suite équitablement entendue est convoquée par nous à notre secours.

Nous sommes encore interrompus !

Nous annonçons ne plus rien dire ainsi que nos clients, M. Kagho Kana et les autres qui vont le suivre, sollicitant une décision sur le siège ou la mise en délibéré de l'affaire.

Le Ministère public est invité à présenter ses réquisitions.

Sa représentante sollicite le report de la cause à cet effet.

L'affaire est reportée au 19 janvier prochain à cette fin à 11h».

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique