Cameroun - Marches pacifiques pour l’éviction de Paul Biya: Le RDPC met en garde Maurice Kamto et ses alliés

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-Sep-2020 - 06h18   6656                      
30
Jacques Fame Ndongo, CRTV - 26/02/2018 CIN Screen Capture
La mise en garde du parti au pouvoir est contenue dans un communiqué publié le mardi 15 septembre 2020, par Jacques Fame Ndongo, le secrétaire à la communication de cette formation politique dirigée par le président de la République.

Maurice Kamto et les militants et sympathisants de son parti, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), ainsi que ses alliés et les adeptes de son idéologie politique vont descendre dans les rues le 22 septembre 2020. Ces derniers vont marteler le macadam de leurs pieds, en signe de protestation contre la convocation des collèges électoraux par le président de la République, Paul Biya,  en vue de l’élection des conseillers régionaux, prévue le 6 décembre 2020. L’objectif ultime assigné à cette mobilisation, que ces derniers décrivent comme une simple marche pacifique, est de pousser Paul Biya vers la sortie, après près de 40 ans de règne sans partage.

Comme à l’accoutumée, l’annonce de Maurice Kamto a mis tout le gouvernement en branle. Du ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, au Porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi, on crie au loup, évoquant le caractère insurrectionnel de l’action envisagée  par l’ancien candidat à la présidentielle 2018. À ce concert de condamnations, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) par la plume de son secrétaire à la communication, Jacques Fames Ndongo, est venu joindre sa voix. Reprenant les mots du président de la République, le ministre de l’Enseignement Supérieur a intitulé son communiqué, rédigé pour la circonstance «Il ne faut pas joueur avec le Cameroun».

«Le rassemblement démocratique du peuple camerounais a pris connaissance, avec une stupéfaction inénarrable et indicible, des appels à l’insurrection émanant du MRC et de certains segments de la société civile, dont le président de la Conférence épiscopale nationale. Ce dernier ; demande aux populations de #descendre dans les rues pour arracher un changement de cap#. Le lexème #arracher# est lourd de signification, on n’arrache jamais pacifiquement, mais brutalement (d’où la connotation insurrectionnelle du verbe arracher dans ce contexte précis)», lit-on dans ce document.

Communiqué du RDPC
Communiqué du RDPC
Communiqué RDPC (c) Jacques Fame Ndongo
(c) Jacques Fame Ndongo
(c) Jacques Fame Ndongo
Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique