Cameroun – Marchés publics: 4 entreprises torpillent les projets dans le Dja et Lobo (Region du Sud)

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Mar-2019 - 12h23   1002                      
1
Route d'Akom II dans la Région du Sud Archives
Aucune de ces entreprises n’a exécuté ne serait– ce qu’a 50%, les travaux que leur a confié l’état du Cameroun depuis 2016

Au cours de l’année budgétaire 2016, 4 entreprises ont abandonné des chantiers dans la Région du Sud. Le journal Repères dans son édition du 18 mars 2019, précise qu’il s’agit des établissements KBR, chargés de la construction d’un bloc de huit boutiques jumelées, et six blocs latrine au marché de la Ville de Mintom. Selon des responsables du Ministère des Marchés publics (MINMAP) contactés par le Bihebdomadaire Repères «le premier décompte émis avait été payé 4 mois avant. Mais L’entreprise ne s’est pas mobilisée sur le terrain». Ce qui fait qu’aujourd’hui, les travaux affichent un taux d’exécution insatisfaisant de 45%. Toute chose qui a contraint le MINMAP a «engagé une procédure de suspension».

Quant aux établissements AGA, ils n’ont exécuté que 5%des travaux de construction d’un  logement  d’astreinte avec bloc latrine à l’école publique de Nkolfong. L’entreprise a même abandonné les chantiers après les travaux de fouille et de bétonnage de semelle.

Pour ce qui est du cas des établissements Design, ils n’ont jamais engagé les travaux. Retenus pour la construction d’un bloc de deux salles de classe au  lycée bilingue de Djoum. Ces derniers ont même pris la poudre d’escampette après la passation du marché en 2016. La représentation du MINMAP dans le Dja et Lobo révèle que «le processus de contractualisation a abouti en 2017. L’entreprise après une mobilisation sommaire a abandonné les chantiers sous prétexte que les fonds n’avaient pas été sauvegardés». Dans le même sillage, les établissements Sonia, entreprise adjudicataire des chantiers de la délégation du ministère de l’eau et de l’énergie du Dja et Lobo dans la ville de Sangmélima, n’ont même  jamais daigné mettre les pieds sur le chantier.

Des situations comme celles-ci, étaient pourtant prévisibles. Surtout qu’en 2017, le Think Thank placé sous la tutelle de MINMAP révélait que la majorité des irrégularités observées très souvent dans des chantiers similaires, sont dues à l’insuffisance de l’évaluation des couts du projet, la non prise en compte des distances géographiques des lieux d’exécution des projets, les difficultés d’accès aux différents sites de réalisation des projets, la rareté des matériaux de construction dans les lieux de réalisation des projets.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique