Cameroun - Marchés Publics: Incapable de bitumer la route Soa-Esse-Awae, le ministre des Travaux Publics suspend le constructeur nigérian Atidolf pour une durée de 2 ans

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Oct-2019 - 16h57   3713                      
2
Une route en chantier Archives
Les travaux de construction devaient être exécutés sur une durée de 24 mois. Près de 36 mois après, la route Soa-Esse-Awae n’est toujours pas livrée.

Le ministre des Travaux Publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a décidé de suspendre  le constructeur nigérian Atidolf pour une durée de 2 ans.

«Est résilié, pour défaillance de l’entreprise Atidolf Nigeria Ltd, BP: 15896 Yaoundé, le marché des travaux de construction de la route Soa-Esse-Awae. L’entreprise Atidolf Nigeria Ltd est interdite de soumissionner pour un nouveau marché public, pendant une période de deux ans, à compter de la notification de la présente décision», indique le MINTP  dans une note officielle signée le 8 octobre 2019.

D’après la note du ministre, «la garantie de fin d’un montant de 1,742 milliard de FCFA souscrit le 20 juillet 2016 auprès de Zenithe Insurance SA, agence de Douala sera mobilisée au profit de l’administration à titre conservatoire par le maître d’ouvrage».

Le quotidien Le Jour  qui rapporte cette information dans son édition du mardi 15 octobre 2019, précise que la note du ministre «survient le même jour où, suite aux plaintes des populations bénéficiaires de cette route, Emmanuel Nganou Djoumessi, a effectué une descente sur site. Le membre du gouvernement a constaté que pour des travaux qui ont débuté le 18 octobre 2016, l’entreprise n’avait réalisé qu’un taux de 21%, trois ans plus tard. Pourtant, Atidolf avait déjà perçu des décomptes d’un montant de 12 milliards de FCFA sur un coût total du projet de 36 milliards de FCFA».

Les travaux de construction  de cette route, longue de 72 km, devaient être exécutés sur une durée de 24 mois. Près de 36 mois après le début des travaux, la route Soa-Esse-Awae n’est toujours pas livrée.

Quant au constructeur nigérian Atidolf, il  n’a cessé d’arguer «qu’il n’a pas été en mesure de transporter ses engins et équipements basés au Nigeria du fait de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun», indique Le Jour.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique