Cameroun - Massacre de civils dans le Nord-Ouest/Bernard Tchoutang (ancien international camerounais): «Je ne vois pas le Cameroun s’indigner…Mais quand on attaque un camerounais je ne sais où, vous sortez donner des leçons à tout le monde entier»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Feb-2020 - 18h55   11123                      
40
Bernard Tchoutang, ancien Lion indomptable Capture d'écran
Dans une vidéo publiée ce lundi 17 février 2020 sur Facebook, l’ancien Lion Indomptable  a réagi au massacre de civils dans la localité de Ngarbuh.

Les réactions de dépit se multiplient après la tragédie qui a coûté la vie à de nombreux civils, parmi lesquels des enfants, dans la localité de Ngarbuh, arrondissement de Ndu, département du Ndonga-Mantung, région du Nord-ouest.

Après les condamnations unanimes de la classe politique camerounaise, et de l’armée qui dans un communiqué radio-presse publié ce lundi 17 février 2020, a indiqué que contrairement au bilan de 22 morts avancé par l’ONU, ce sont  5 personnes dont 4 enfants qui ont perdu la vie dans cette tragédie, Bernard Tchoutang  a également manifesté son indignation.

Dans une vidéo de 4 minutes publiée  sur Facebook, l’ancien international camerounais, qui n’avait visiblement pas encore pris connaissance de la déclaration du capitaine Atonfack, chef de la division de la communication au ministère de la Défense, a déploré le mutisme du gouvernement camerounais et de l’opinion nationale

«Au Cameroun, la mort est devenue tellement banale. Une personne qui meurt au Cameroun on trouve ça normal. 22 personnes ont été assassinées, brulées chez nos frères du Sud-Ouest et du Nord-Ouest…Je ne vois pas le Cameroun s’indigner, je ne vois pas des journalistes s’indigner, je ne vois des bloggeurs s’indigner, je ne vois pas les donneurs de leçons s’indigner. Mais quand on attaque un camerounais je ne sais pas où, vous sortez pour donner des leçons à tout le monde entier…», a-t-il déclaré.

reaction de Bernard Tchoutang après la tragédie de Ngarbuh (c) Boris Bertolt

Pour mémoire, le ministère de la Défense, dans un manifeste qui a été rendu public ce 17 février 2020, a décrit la tragédie de Ngarbuh comme «un malheureux accident, conséquence collatérale des opérations de sécurisation en cours dans la région du Nord-ouest». Il a ensuite indiqué que c’est «l’explosion de plusieurs contenants de carburant, suivie d’un violent incendie qui a affecté quelques habitations voisines» et a causé la mort des civils sus-évoqués.

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique