Cameroun - Massacres de Ngarbuh: Le procès des trois militaires accusés d’assassinat d’enfants s’ouvre le 17 décembre 2020 au Tribunal militaire de Yaoundé

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Nov-2020 - 08h49   5103                      
4
Viral photo said to be of the kids killed in Ngarbuh Facebook
Le porte-parole de l’armée camerounaise, le colonel Cyrille Serge Atonfack, l’a confié à nos confrères de l’AFP le mercredi 25 novembre 2020.

Près dix mois après les tueries de Ngarbuh (Nord-Ouest), qui avaient coûté la vie à des dizaines d’enfants et de femmes, incendiés dans un raid de l’armée camerounaise contre des rebelles sécessionnistes dans cette localité, le procès des trois militaires accusés d’être à l’origine des massacres s’ouvre le 17 décembre 2020 au Tribunal militaire de Yaoundé.

Le chef de la division de la Communication au ministère de la Défense, le capitaine de frégate Cyrille Serge Atonfack, l’a confié le mercredi 25 novembre 2020 à nos confrères de l’Agence France Presse (AFP). «Trois militaires sont renvoyés devant le tribunal militaire de Yaoundé pour meurtre, incendie et destruction, violence sur une femme enceinte et violation de consignes», a confié le porte-parole de l’armée camerounaise.

Une nouvelle qui vient plus ou moins conforter les organisations de la société civile, en l’occurrence l’ONG Human Rights Watch, qui s’en félicite par la voix de Ilaria Allegrozzi, chercheuse pour cette organisation sur l’Afrique Centrale, et dont le Cameroun.

«Nous nous félicitons de l'ouverture de ce procès, considérant que nous sommes passés d'un déni pur et simple à une enquête, à une déclaration présidentielle et maintenant à un procès», a-t-elle déclaré à l’AFP, fermement convaincue que les militaires mis en accusation n’avaient pas agi de leur propre gré. Pour elle, des «individus haut placés dans la chaîne de commandement» le sont autant que les militaires exécutants, et devraient également être poursuivis.

En effet au terme d’une enquête gouvernementale, une procédure disciplinaire avait été ouverte par l'armée contre les forces de défense et de sécurité qui avaient pris part à cette opération. Il s'agissait notamment du chef de bataillon Nyianono Ze Charles Eric, commandant du 52ème Bataillon d’infanterie motorisée et tous les militaires ayant participé à l’opération de Ngarbuh; du sergent Baba Guida, du gendarme Sanding Sanding Cyrille, et du soldat de première classe Haranga Gilbert. Mais les noms des trois militaires accusés n’ont jamais été dévoilés de manière spécifique.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique