Cameroun - Maurice Kamto écrit aux Camerounais depuis la prison: «Ce régime croit que la prison peut tout régler. Or, même la mort ne peut tout régler. On n’enferme pas l’esprit… je voudrais vous rassurer de ma détermination à mener le combat pour la liberté et la démocratie, la restauration de la dignité des Camerounais»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 06-May-2019 - 12h28   40350                      
156
Maurice Kamto Capture d'ecran
La lettre du leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est intégralement publiée dans les colonnes du quotidien Mutations en kiosque ce lundi 6 mai 2019.

Privé de liberté depuis plus de trois mois, Maurice Kamto vient encore d’écrire aux Camerounais. La troisième sortie épistolaire du leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) depuis son incarcération à la prison principale de Konddengui à Yaoundé.

Il commence par réitérer qu’il a gagné l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. «Le 7 octobre dernier, vous avez exprimé courageusement le choix de l’avenir et de la modernité en portant majoritairement vos suffrages sur ma personne. En attendant les jours bénis où mes alliés et moi-même viendrons à votre rencontre pour vous témoigner notre reconnaissance infinie», écrit-il.

Après avoir rappelé le contexte de son incarcération avec près de 200 partisans et militants du MRC, l’homme politique accuse Paul Biya et son gouvernement d’être à l’origine des crises sociales et politiques que traverse notre pays. A ce sujet, il salue la position de la communauté internationale.

«Face à la situation sécuritaire et humanitaire, politique, économique et sociale explosive dans laquelle M. BIYA a plongé notre pays, le Communauté internationale vient de tirer la sonnette d’alarme en invitant le pouvoir à respecter les droits fondamentaux des Camerounais, à libérer les otages que constituent les quelques 200 personnes arrêtées et jetées en prison, et à organiser un dialogue inclusif pour régler en particulier la crise meurtrière qui sévit dans les régions anglophones. De même, la Communauté internationale a indiqué l’impérieuse nécessité de la réforme consensuelle du système électoral avant la tenue de toute nouvelle élection. J’apprécie à sa juste valeur cette prise de position qui rejoint en plusieurs points les revendications formulées depuis quelques années déjà par le MRC», note Maurice Kamto.

L’enseignant d’université fait savoir qu’il ne fléchira pas face aux difficultés. «Ce régime croit que la prison peut tout régler. Or, même la mort ne peut tout régler. On n’enferme pas l’esprit. On n’enferme pas une cause; celle-ci se nourrit de la prise de conscience des gens, croît indépendamment de l’esprit qui l’a identifiée et poursuit d’elle-même son chemin jusqu’à son accomplissement. En même temps que je vous exhorte à faire grandir la cause de notre lutte commune, je voudrais vous rassurer de ma détermination à mener le combat pour la liberté et la démocratie, la restauration de la dignité des Camerounais, le développement inclusif et le prestige de notre pays», indique l’ancien ministre délégué auprès du ministre de la Justice.

L’opposant réagit aussi l’hyperactivité du Chef de l’Etat sur les réseaux sociaux. «J’ai découvert à travers les médias que M. BIYA serait devenu un adepte des réseaux sociaux et écrirait forces tweets au peuple camerounais pour en appeler à son patriotisme. Je sais que vous êtes nombreux à vous interroger sur cet élan subit d’un homme qui a fondé son pouvoir sur le mépris des Camerounais, l’indifférence à leurs problèmes, et un désintérêt choquant pour les merveilles de son pays où il n’a jamais passé ses vacances, préférant l’Hôtel Intercontinental à Genève et les douceurs des bords du Lac Léman… J’aurais bien voulu l’amener à tant d’autres lieux de ce pays qu’il connaît manifestement mal, pour n’avoir visité en 37 ans que moins de dix départements sur les 58 que compte le Cameroun», tance Maurice Kamto.

Fred BIHINA

 

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique