Cameroun - Menaces des sécessionnistes sur le CHAN 2020/Joseph Antoine Bell (ancien international camerounais): «On ne va pas leur demander leur accord… on y joue habituellement, il n’y a pas de raison que là on n’y joue pas»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jan-2021 - 07h41   13355                      
8
Joseph Antoine Bell Archives
L’ancien gardien de l’Olympique de Marseille s’exprimait ainsi dans le cadre du programme radiophonique Radiofoot Internationale enregistré le 19 janvier 2021 à Douala.

Bien avant le début du Championnat D’Afrique des Nations, les rebelles sécessionnistes qui réclament à coup de fusils et d’horribles assassinats l’indépendance des deux régions anglophones du Cameroun, ont écrit une lettre à Constat Omari, président par intérim de la Confédération Africaine de Football. Dans cette missive, ces derniers informaient les officiels de l’institution panafricaine et de la FIFA que la ville de Limbe fait désormais partie de l’État fantoche d’Ambazonie, et que par conséquent, les matchs de la poule D prévus dans cette cité balnéaire ne sauraient s’y dérouler.

«Nous vous écrivons au sujet de l’organisation prévue du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) (…) Nous sommes conscients que certaines équipes, notamment dans la poule D, composée de la Zambie, de la Guinée, de la Namibie et de la Tanzanie, ont été programmées pour jouer sur le territoire de l’ancien Cameroun du Sud sous l’administration britannique, maintenant nommé, Ambazonie. (…) Nous attirons par cette lettre votre attention, celle de la FIFA et de la CAF, de toutes les équipes jusqu’ici programmées pour jouer à Limbe, et de tous les spectateurs potentiels, que tout le territoire d’Ambazonie, y compris Limbé, est une zone de guerre et non propice à aucun match international en ce moment». La missive est signée par le «Ambazonia Governing Concil», pouvait-on lire dans ce document.

Inquiets, les officiels de la CAF conduits par Constant Omari, ont rencontré le président de la République Paul Biya, qui les a rassurés qu’un important dispositif sécuritaire va être déployé pour éviter tout incident susceptible d’entacher la compétition. C’est d’ailleurs sous cette protection particulière, que le mardi 19 janvier 2021, la Zambie, la Guinée, la Namibie et la Tanzanie, logées dans la poule D à Limbe et à Buea, ont disputé leurs premiers matchs du tournoi. Aucun incident n’a été signalé durant ces rencontres. Le gouvernement camerounais compte d’ailleurs maintenir ce climat de sérénité le temps que durera le CHAN à Limbe.

S’il n’est pas aux côtés des forces de maintien de l’ordre pour assurer la sécurité, Joseph Antoine Bell partage leur inflexibilité face aux menaces des sécessionnistes. Selon lui, il n’est nullement question de demander l’avis des indépendantistes pour organiser un match de football dans la région.

«Les sécessionnistes, ils disent les anglophones sont marginalisés donc si tu organises une compétition et tu évites les régions anglophones, tu confirmes qu’ils sont marginalisés. Le football c’est pour tout le monde. On y joue habituellement, il y a pas de raison pour que là on y joue pas et précisément qu’on les évite en disant qu’on reconnait que les sécessionnistes [coupure de parole]… On ne va pas leur demander leur accord. Il y a aucun évènement qui aurait pour risque sécuritaire zéro. On est en plein dedans aux États-Unis. On ne peut pas dire aux États-Unis comme il y a des extrémistes on ne fait plus. Non ! On va faire. On a de la chance, ce n’est pas le terrorisme global. Il s’agit d’un évènement en un lieu, donc on peut le contrôler», a-t-il déclaré lors de l’émission.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique