Cameroun - Militants du MRC Incarcérés: Victor Pufong, 36 ans, «prêt à donner sa vie pour ce pays»

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-May-2019 - 16h24   6727                      
19
Les militants du MRC MRC
Le jeune prisonnier fait partie de la vague de 75 personnes interpellées le 28 janvier à Douala puis transférées à Yaoundé.

«Droit dans ses bottes, Victor Pufong reste serein, plus engagé que par le passé, et prêt à repartir sur le théâtre des opérations à n’importe quel prix, afin de sauver son pays qui baigne dans le chaos, à cause d’une poignée d’individus égoïstes, ayant pris le pays en otage», c’est ainsi que le quotidien Le Jour dans son édition du 17 mai 2019, présente le jeune militant du MRC, incarcéré à la prison centrale de Kondengui depuis trois mois.

Il a décidé de militer dans le MRC «par conviction eu égard à l’engagement de son leader pour ses congénères, la lutte ne fait que commencer et ne s’arrêta, que lorsque l’objectif sera atteint, à savoir libérer le pays», peut-on lire.

Victor Pufung n’est pas prêt a abandonné le combat, après ces moments difficiles, qu’il traverse à la prison de Kondengui. «Vous me faites vraiment rire, avant j’étais un combattant, mais aujourd’hui, je suis prêt à donner ma vie pour ce pays. Ici, je suis à l’école, et j’en sortirai certainement avec un diplôme», soutient le jeune homme.

Pour lui, il n’est pas question de baisser les bras, mais d’aller au front, les mains nues, et pour rien au monde, il ne changera d’avis même à sa sortie de prison. «Je le dis sincèrement, je dis rien, et rien ne peut me faire changer d’avis après la prison il y a quoi d’autre», s’interroge-t-il.

«Nous avons reçu les conseils de nos parents de ne jamais voler, de ne jamais ôter la vie à son semblable, ni insulter. Mais aujourd’hui, on se retrouve en prison parce qu’on s’est retrouvé dans un domicile privé, et on nous accuse d’attroupement. Nous voulons un Cameroun prospère, un Cameroun où les règles fondamentales de droit d’aller et venir, d’expression, d’association et bien d’autres sont respectés», précise Victor Pufung.

Il invite d’ailleurs les Camerounais à se joindre à lui pour relever ce défi. «Cher camerounais, frère de combat, vous et moi vivons dans la précarité, alors, le temps est venu pour nous tous de dire oui au climat de révolution, afin de caresser un rêve d’espoir avec son excellence Maurice Kamto, celui-là qui s’est doté de moult moyens pour bâtir un Cameroun prospère et uni dans sa diversité culturelle».

Victor Pufong, né le 30 avril 983 à Kumba est titulaire d’un master en finance comptabilité, obtenu à l’université de Douala. «Il a décidé de jouer son rôle de citoyen pour la gestion de la cité, d’où son adhésion au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun», apprend-on dans les colonnes du journal.

Sur le plan familial, «j’ai abandonné ma femme à l’état de grossesse, et au moment où je vous parle, celle-ci tient en main un nouveau-né, privé de ma liberté, de mon amour et de ma présence. J’essaye tant bien que mal d’assumer la part de responsabilité qui me revient. Notre arrestation et détention resteront gravées dans nos mémoires, car parlant de ce que nous vivons à  Kondengui, fera pleurer bon nombre de personnes, c’est pourquoi je préfère taire les détails», raconte le jeune prisonnier.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique