Cameroun - Mise au point: La BEAC assure que l’usage de l’anglais n’est «nullement un motif de rejet» de la requête de la CAMPOST

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Apr-2020 - 10h43   6063                      
23
Abbas Mahamat Tolli, Gouverneur de la BEAC Archives
Le Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, Abbas Mahamat Tolli, précise dans un communiqué daté du 20 avril 2020, que la Cameroon Postal Services a lancé son Switch du système de compensation et de règlement des transactions électroniques sans son autorisation préalable, et que sa correspondance du 15 avril visait à relever cette irrégularité, non pas celle liée à la langue de travail.

Le ton monte depuis quelques jours entre la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) et la Cameroon Postal Services (CAMPOST), au sujet du lancement par la société camerounaise, de son Switch du système de compensation et de règlement des transactions électroniques. L’opération lancée officiellement le 31 mars 2020, l’a visiblement été sans l’autorisation préalable de la BEAC, qui en assure la régulation. Du moins, si l’on s’en tient à une mise au point publiée le 20 avril 2020 par le Gouverneur de la BEAC, le tchadien Abbas Mahamat Tolli.

«L’objet de la correspondance du Gouverneur de la BEAC au directeur général de la CAMPOST était précisément de relever cette irrégularité et d’engager la CAMPOST à suspendre le démarrage du traitement de la compensation et du règlement des opérations monétiques du système de paiement, en attendant l’autorisation préalable de la BEAC, conformément aux textes communautaires en vigueur», écrit le Gouverneur de la BEAC.

La CAMPOST a adressé sa demande d’autorisation 24 heures après avoir procédé au lancement officiel de sa plateforme, et la BEAC l’a rejetée, pour «absence des autorisations et habilitations nécessaires préalables». Mais en relevant au passage une irrégularité sur la forme, liée à l’usage de l’anglais dans la correspondance de la CAMPOST, alors que c’est le français qui est préconisé dans les instances communautaires.

Abbas Mahamat Tolli, indiquait clairement que le dossier était rejeté pour «irrégularité de forme», en l’occurrence pour sa rédaction en langue anglaise. Le motif d’autorisation préalable n’ayant été évoqué que subsidiairement. Mais pour faire mentir l’opinion que ce n’est pas l’anglais qui a constitué le motif de rejet de ce dossier, il a produit également sa mise au point dans la langue de Shakespeare.

Le Gouverneur de la BEAC avait invité alors la CAMPOST à suspendre toutes les opérations et actions visant le démarrage du traitement de la compensation et du règlement des opérations monétiques. Il regrette également que sa lettre du 15 avril dernier, adressée au patron de la CAMPOST, se soit retrouvée dans les réseaux sociaux.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique