Cameroun – Mœurs: Un enseignant trainé en justice par sa copine à Meiganga (Adamoua) pour avoir rendu publique leur aventure

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Apr-2020 - 14h05   7862                      
16
La ville de Meiganga Archives
Une plainte pour outrage aux mœurs et publications obscènes a été déposée au commissariat de Meiganga contre Florent Thibaut Amougou Nguele  

Une sextape mettant en scène un homme et une jeune femme se livrant à des ébats sexuels, circule depuis le mois de mars sur internet. Si jusqu’ici on n’avait aucune information concernant l’identité des protagonistes et le lieu où la vidéo a été tournée, le trihebdomadaire L’œil Du Sahel en kiosque ce vendredi 17 avril 2020, nous apprend qu’il s’agit de sieur Thibault Amougou Nguélé, enseignant en service au CETIC de Kombo-Laka, village située dans la commune de Meiganga, dans la région de l’Adamaoua, et de Bernadette Aminatou, âgée d’environ 23 ans.

Quant à la vidéo, nos confrères précisent qu’elle a été tournée le 08 mars 2020 à Meiganga, lors de la célébration de la journée internationale de la femme.

«L’aventure sexuelle n’aurait jamais été connue du grand public, si elle n’avait pas été filmée et publiée par Florent Thilbaul Amougou Nguélé. Inacceptable, a en croire des autorités et forces vives de Meiganga…elle n’aurait peut-être pas heurté les sensibilités si les propos tenus exclusivement par le jeune homme n’étaient pas à caractère tribaliste. D’emblée, c’est la jeune dame sur la vidéo, qui elle-même est en état de choc. Suffisant donc pour que sa famille porte plainte pour «outrage aux mœurs et publications obscènes», des infractions respectivement punies par le code pénal camerounais dans ses articles 264 et 265», lit-on dans les colonnes de l’œil Du Sahel

«En tant qu’être humain, cet enseignant a fait la connaissance de la jeune fille. Ils ont commencé à vivre leur relation, sans que cela ne fasse de bruits. Mais le 08 mars dernier, ils se sont retrouvés dans un bistrot de la ville de Meiganga. Ils y ont bu en toute convivialité et sont allés dans une chambre d’emprunt, d’une amie d’Aminatou. De fait Amougou avait l’habitude de dormir dans la chambre de sa copine, sauf que ce logis était indisponible. Naturellement donc, ils ont commencé à s’amuser comme homme et femme. Mais le 09 mars, vers 13 h, Aminatou a reçu des coups de fil de sa famille et même de ses amis, notamment un de ses oncles, l’informant l’avoir vue sur les réseaux sociaux dans une posture immorale. N’ayant pas un téléphone androïde, lorsqu’elle découvre la fameuse vidéo, elle tombe en syncope. En fait, sans se douter de rien, elle s’est rendue compte que son partenaire l’avait filmée en pleins ébats et publié sur les réseaux sociaux. Le lendemain, 10 mars, elle a déposé une plainte à la compagnie de gendarmerie de Meiganga», précise ensuite le journal que dirige Guibaï Gatama.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique