Cameroun - MRC: Maurice Kamto se prononce pour la première fois publiquement sur les situations de Célestin Djamen et Michelle Ndoki

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Sep-2021 - 08h38   23434                      
45
Maurice Kamto invité TV5 capture d’écran
A la faveur de son séjour à Paris en France pour le concert de l’artiste Valsero, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a été reçu comme invité au Journal Afrique sur TV5 le dimanche 19 septembre 2021.

Pour la première fois, l’opposant camerounais a été convié à se prononcer sur la démission de Célestin Djamen, ancien cadre du MRC. «Il a créé son propre parti, il est libre. Vous avez bien constaté que nous n’avons jamais jeté quelque anathème sur qui que ce soit. On adhère librement au MRC, on en part librement. Donc, on lui souhaite bon vent » a réagi le Professeur Maurice Kamto.

Et au sujet de Michelle Ndoki, une autre grande figure du parti qui aurait pris ses distances selon l’intervieweur. «Qu’est-ce que ça veut dire prendre ses distances ? Je ne vois pas ce que ça veut dire. A ma connaissance, Madame Ndoki n’a pas démissionné du MRC. Si dès lors qu’un cadre du MRC s’exprime, il peut même avoir une opinion différente de celle du directoire national du parti, cela signifie-t-il qu’il a pris ses distances ? Alors on doit trouver des situations similaires dans beaucoup d’autres partis politiques et pas seulement le nôtre, y compris le parti qui dirige le Cameroun aujourd’hui » a répondu Maurice Kamto.

Classé officiellement deuxième à l’issue de la Présidentielle 2018, l’opposant qui conteste toujours la réélection de Paul Biya au pouvoir depuis 1982, s’est aussi exprimé sur l’avenir de son parti qui a boycotté les dernières élections municipales et législatives.

« Nous préparons les échéances à venir. Nous travaillons d’abord avec les autres forces politiques camerounaises y compris les forces de la société civile, à propos du Code électoral qui devait à notre sens faire l’objet d’une modification consensuelle » a indiqué l’homme politique de 67 ans qui exige par ailleurs la libération de 124 militants et sympathisants du MRC emprisonnés depuis plus d’un an pour avoir participé à des manifestations pacifiques contre le régime de Yaoundé.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique