Cameroun - Municipales 2020: En appelant ses militants au calme, l’UDC saisit la Cour Suprême pour contester l’annulation de ses victoires dans les communes de Foumbot et Koutaba (Ouest)

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Mar-2020 - 10h33   1015                      
0
militants UDC, (c) archives
Voici la réaction musclée de l’Union Démocratique du Cameroun, parti d’Adamou Ndam Njoya, au lendemain de l’annulation des élections municipales dans certaines communes dans la région de l’Ouest.

Le mardi 24 mars 2020, le Tribunal Administratif de Bafoussam, statuant sur le contentieux postélectoral des municipales du 9 février dernier, a annulé les élections dans les communes de Bafoussam 1er, Foumbot, Koutaba et Bandja. Dans les trois premières municipalités citées, le RDPC, le requêtant, a eu gain de cause. Le parti au pouvoir contestait la victoire du SDF à Bafoussam 1er et de l’UDC dans les deux autres communes. Par contre, c’est une requête de l’UMS, un parti d’opposition, qui a conduit à l’annulation de la victoire du RDPC à la commune de Bandja.

L’UDC, le gros perdant, a immédiatement annoncé qu’il a saisi la chambre administrative de la Cour Suprême pour contester les sentences rendues à Bafoussam.

«Les avocats de l’UDC ont donc monté un dossier à ce jour pour saisir la chambre administrative de la Cour Suprême qui a le droit de corriger ce jugement fait par le juge administratif de l'Ouest à Bafoussam. C’est notre conviction que les juges de la Cour Suprême casseront ce verdict et rendront justice à nos électeurs au bord de la révolte populaire, évitant ainsi à notre pays la perte de temps et le gaspillage inutile des ressources qui peuvent être mieux déployées dans contexte sanitaire actuel et être utilisées pour sauver des vies humaines au lieu du show honteux que ces responsables du RDPC veulent s'offrir auprès d'un électorat qui leur a désormais tourné le dos. L’UDC s’en sortira plutôt vainqueur dans ce bras de fer, car la vérité, le droit et les électeurs sont en sa faveur et Dieu est avec nous parce qu'Il est vérité. Ne cédons donc pas à la violence là où nous sommes d’ailleurs surs de gagner dans les urnes», a réagi Abdoulaye Laziz Nchare, cadre de l’UDC, dans un message publié ce jeudi 26 mars pour appeler les militants et sympathisants du parti du regretté Adamou Ndam Noya au Calme.

Voici le message dans son intégralité:

L'APPEL AU CALME À TOUS LES MILITANTS DE L’UDC AU BORD DE LA RÉVOLTE AU SEIN DU DÉPARTEMENT DU NOUN SUITE À L’ANNULATION DE LEUR VICTOIRE AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES À FOUMBOT ET À KOUTABA PAR LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BAFOUSSAM 

Ainsi, la VICTOIRE dans les urnes que l’élite Bamum du RDPC dans le Département du Noun a échoué d’obtenir le 9 Février 2020 dernier, elle cherche à la voler grace à la corruption de la juridiction électorale à BAFOUSSAM. 

En tant que républicains, nous le resterons jusqu’au bout. L’élite RDPC Bamum a usé de tous les moyens grâce à la corruption pour pousser les militants de l’UDC à la « révolte populaire », mais en vain. Par nos soins, nous avons su maîtriser notre sang froid pour ne pas céder à ces provocations. Avec la disparition du Dr. Adamou Ndam Njoya, ces marchands d’illusion rêvent arracher nos mairies par la force en utilisant tous les moyens frauduleux avec l’aide de la juridiction électorale. Si non, comment ont-ils oser accuser l’UDC d’avoir voler les élections avec l’aise d’ELECAM dans le fief naturel de cette formation politique? 

Cette élite Bamum qui n’a jamais eu de souci pour personne si ce n’est l’achat de conscience est vomie par le people mais cherche néanmoins à tout prix mais à tous les prix à imposer leur seule volonté à ce dernier QUI a pourtant donné son verdict durant une consultation électorale libre et transparente! 

NOUS LANÇONS DONC UN APPEL AU CALME ET À LA RETENUE À TOUS LES MILITANTS DE L’UDC ET D’ATTENDRE CALMEMENT LE VERDICT DE LA COURS SUPRÊME

Le Dr. Adamou Ndam Njoya nous a enseigné la patience, la résilience et l’endurance sur le terrain politique. Ce n’est donc même pas à son deuil que nous allons sacrifier ces acquis. Par conséquent, chers Camarades de l’UDC, le RDPC, conscient d’être vomis sur le terrain par les électeurs plutôt favorables à l’UDC au sein du Département du Noun, rêve arracher les mairies gagnées de haute lutte par nos électeurs, grâce au secours des juridictions électorales corrompues pour s'imposer au peuple souverain qui ne compte jamais se laisser faire. Après leur défaite cuisante à Foumbot, Koutaba, Foumban et Njimom, l’élite Bamum du RDPC est allée corrompre les juges électoraux à BAFOUSSAM pour solliciter l'annulation des élections dans les quatre des six communes gagnées de manière transparente dans le Noun par l'UDC, à savoir Foumban, Foumbot Koutaba et Njimom. Pourtant, tous les contentieux électoraux ont été tranchés à Yaoundé. Les maires ont d’ailleurs été déjà investi et ont déjà pris leur fonction. Contre toute attente donc, ces juges irresponsables viennent injustement d’annuler partiellement les résultats des urnes à Koutaba dans 7 bureaux de vote. Curieusement ces bureaux de votes annulés sont toutes très favorables à l’UDC. Le camp militaire où le RDPC a bourré les urnes pour l’aider à gagner n’a pas été annulé. M. Theodore Nsangou, l’actuel directeur de EDC avait même eu le culot de déclarer la victoire du RDPC en lieu et place d’ELECAM. 

Le RDPC a aussi obtenu au forceps l'annulation totale des élections à Foumbot sur la base d'une erreur technique d'Elecam qui aurait sauté le nom d'un candidat sur le bulletin de vote soumis aux électeurs. On se demande donc quelle est la faute de l’UDC dans l’erreur technique de l’ELECAM pour se voir être puni par un juge administratif après sa victoire éclatante dans la ville de FOUMBOT? Est-ce la faute des électeurs si ELECAM a commis une erreur sur les listes? En quoi une erreur technique de l’organe en charge des élections peut être attribuée aux électeurs qui sont allés aux urnes voter pour l’UDC? 

Au regard d'énormes énergies et moyens financiers mis en jeu par l’élite RDPC au sein du Département du Noun, ils devraient plutôt avoir honte de n'avoir finalement obtenu que ce minable résultat, au demeurant, la honte existe elle encore chez ces narcissiques qui rêvent s’imposer par force au peuple qui l’a souverainement rejeté? Nous restons très sereins. L’UDC aurait pu revendiquer des victoires à Kouoptamo et Bangourain où il y a eu des graves irrégularités. Par contre, nous avons accepté en toute dignité le verdict des urnes pour ne pas imposer le calvaire au peuple qui fit son choix souverain. C’est cela la leçon du fair-play sur le terrain politique que nous avons administré à nos adversaires politiques qui essaient de nous imposer la violence.

Nous sommes des Républicains, Démocrates et Patriotes! C’est pour cette raison que nous avons accepté d’aller à ces élections dont les conditions d’organisation étaient contestées par d’autres formations politiques qui ont préféré les boycotter purement et simplement. Par conséquent, nous recommandons vivement à nos militants de se soumettre sans grogne aucune, au verdict hautement contestable parce que nous nous engageons à utiliser tous les moyens de droit pour aller jusqu'au bout de la défense de nos victoires. 

AU LIEU DE RECOURIR À LA RÉVOLTE POPULAIRE, NOTRE PRIORITÉ POUR L’INSTANT A ÉTÉ LA SAISINE DE LA CHAMBRE ADMINISTRATIVE DE LA COURS SUPRÊME POUR CORRIGER CE JUGEMENT SANS FONDEMENT 

Les avocats de l’UDC ont donc monté un dossier à ce jour pour saisir la chambre administrative de la cour suprême qui a le droit de corriger ce jugement fait par le juge administratif de l'ouest à Bafoussam. C’est notre conviction que les juges de la Cour Suprême casseront ce verdict et rendront justice à nos électeurs au bord de la révolte populaire, évitant ainsi à notre pays la perte de temps et le gaspillage inutile des ressources qui peuvent être mieux déployées dans contexte sanitaire actuel et être utilisées pour sauver des vies humaines au lieu du show honteux que ces responsables du RDPC veulent s'offrir auprès d'un électorat qui leur a désormais tourné le dos. L’UDC s’en sortira plutôt vainqueur dans ce bras de fer, car la vérité, le droit et les électeurs sont en sa faveur et Dieu est avec nous parce qu'Il est vérité. Ne cédons donc pas à la violence là où nous sommes d’ailleurs surs de gagner dans les urnes. Pourquoi le RDPC n’a pas sollicité l’annulation totale de tout le processus électoral dans le Département du Noun s’il était sûr de tout gagner? 

Retenons par conséquent qu'en dépit de cette sentence, nos Conseils municipaux et nos Maires de Foumbot et de Koutaba restent en fonction et devront tranquillement vaquer à leurs fonctions conformément aux dispositions de l'article 195 du Code électoral. Personne n'ignore que ce dilatoire du Rdpc ne servira à rien car si même les élections arrivaient curieusement à être reprise plusieurs fois, le RDPC ne récoltera que la défaite plusieurs fois avec des scores décroissants à chaque tour. Nous tenons à inviter nos Camarades de l’UDC à ne point se décourager. Notre seule arme, c’est notre bulletin de vote. Toutes nos félicitations et fervents encouragements à nos Camarades qui se sont déployés pour nous représenter et nous défendre si dignement à Bafoussam. Nous continuerons à défendre nos droits par les voies républicaines parce que c'est la voie que nous a léguée notre illustre et très regretté Président National, le Dr Adamou Ndam Njoya. 

Au demeurant, il n’est point question pour l'instant, de nous alarmer et encore moins de descendre dans les rues pour contester quoi que ce soit surtout à l’heure du coronavirus qui confine le monde entier à la maison. Restons vigilants, soudés, engagés et déterminés plus que jamais derrière et avec notre parti, et nous gagnerons toujours quel que soit la nature de l’adversité. 

Veuillez donc recevoir cher(e)s militant(e)s et sympathisant(e)s de l’UDC, l’assurance de notre parfaite considération. 

Dr. AbdouLaye Laziz Nchare, New York, le 26 Mars 2020.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique