Cameroun - Municipales 2020: La Cour Suprême annule l’élection des maires de Makenene (Centre) et de Kumba-ville (Sud-Ouest)

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Sep-2020 - 10h10   5501                      
2
Cameroun: Cour Supreme Archives
La chambre administrative de ladite Cour a rendu son verdict le jeudi 24 septembre 2020. Les élections seront reprises conformément aux dispositions du Code électoral.

On reparle des élections municipales alors que l’heure est désormais aux préparatifs de l’élection des conseillers régionaux, prévue le 6 décembre 2020. En vertu d’une décision de la Chambre administrative de la Cour Suprême, rendue le jeudi 24 septembre 2020, les élections des maires des communes d’arrondissement de Makenene (Centre) et de Kumba (Sud-Ouest) ont été annulées pour des irrégularités ayant émaillé le déroulement du scrutin du 9 février 2020.

A Makenene, l’élection de Nazaire Brolin Njatou Ngadep du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) lors de la session de plein droit du 18 février 2020, avait suscité des remous au sein des populations, qui l’ont vomi, au prétexte qu’il n’est pas originaire de la localité. Le concerné a réagi à la décision de la Cour Suprême, et appelle à la sérénité, tout en indiquant qu’il se pliera au résultat du nouveau scrutin.

«Quelque soit le choix des conseillers municipaux, je promets à tous de rester entièrement fidèle à mon sens et esprit de fair play qui m'ont toujours caractérisé, la priorité étant le développement de notre localité et non l'entretien des intrigues et conflits improductifs nocifs à l'épanouissement de tous», a déclaré Nazaire Brolin Njatou Ngadep. Au pire des cas, cet avocat au Barreau du Cameroun restera conseiller municipal.

L’élection de Victor Nkele Ngoh, maire de Kumba-ville, sera également reprise. Ancien délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de la ville éponyme, il s’était porté candidat pour l’élection du Maire de la ville, alors que la législation l’interdit.

Les élections partielles auront lieu dans un délai de 60 jours selon l’article 195 (2) du Code électoral, au suffrage universel indirect.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique