Cameroun – Municipales et Législatives: Le PADDEC, la formation politique de Jean De Dieu Momo jette un de ses candidats aux législatives en prison pour une sombre affaire de distraction de fonds de campagne

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Jan-2020 - 12h25   5605                      
2
Militants du PADDEC archives
Sali Moussa, ex coordonnateur du PADDEC pour le Diamaré est accusé de détournement de la somme de 1.750.000 correspondant à la caution de la liste des 35 conseillers municipaux devant concourir pour la commune de Maroua 1er .

Le Trihebdomadaire l’œil du Sahel en kiosque ce mercredi 22 janvier 2020 rapporte que, Sali Moussa, suppléant sur la liste des Patriotes démocratiques pour le développement du Cameroun (PADDEC) en compétition pour les législatives dans la circonscription électorale du Diamaré-centre I, dans la région de l’Extrême-nord, séjourne à la prison principale de Kondengui depuis le 14 janvier 2020. A en croire nos confrères, cette incarcération fait suite à une plainte du PADDEC, la formation politique de Jean De Dieu Momo l’actuel ministre délégué auprès du ministre de la justice garde des sceaux.

Selon le journal que dirige Guibaï Gatama, Sali Moussa qui occupait il y a encore quelque temps les fonctions de coordonnateur du PADDEC pour le Diamare, mais également de mandataire de cette formation politique pour les législatives était recherché par les Gendarmes pour la distraction de la somme de 1.750.000 CFA correspondant à la caution de la liste des 35 conseillers municipaux du PADDEC devant concourir pour la commune de Maroua 1er. L’œil du Sahel précise par la suite que la liste n’ayant pas été déposée, le PADDEC lui réclame le remboursement de cette somme d’argent qu’il avait déchargée à Maroua, le 25 novembre 2019, auprès de Jean De Dieu Momo. «C’est vrai nous n’avons pas déposé de listes pour les municipales et le président me réclame le remboursement, 1.750.000 FCFA. Je n’étais pas le mandataire pour les municipales. J’ai remis l’agent au mandataire du parti aux municipales Aboubakar Ousmanou, le même jour, dans la nuit du 25 novembre 2020» Explique Sali Moussa

Cependant, Aboubakar Ousmanou, tête de liste du PADDEC pour les législatives dans le Diamaré, nie tout en bloc. «Il ne m’a rien remis, alors absolument rien! J’ignore ce qu’il a fait de cet argent. Mais ce qui est certain, est qu’il doit le restituer, ce sont les fonds du parti» a déclaré celui qui est devenu en décembre 2019, après les déboires de Sali Ousmanou  le nouveau coordonnateur du PADDEC pour le Diamare. «Ma voiture a été cambriolée le 26 novembre 2019, devant le bureau régional d’Elecam à Maroua, alors que je m’y trouvais avec Sali Moussa. Les voleurs ont emporté le sac dans lequel se trouvaient les dossiers des candidats aux municipales, y compris les pièces originales comme les CNI, et autres acte des de naissance. Dieu merci, lesdits dossiers ont été retrouvés plus tard au lycée de Domayo. Pour moi, ce vol est plus que suspect, je n’en dirai pas plus» a relaté Aboubakar Ousmanou à nos confrères de l’œil du Sahel. Et d’ajouter que «je ne vois pas où se trouve le problème. Il lui est demandé de rembourser l’argent des cautions, au lieu de quoi il préfère se répandre en fausses déclarations. Cette manœuvre  ne va pas distraire le PADDEC. Nous restons concentrés sur notre campagne»

Sali Moussa qui a été installé dans la cellule de passage de la prison de Kondengui à Yaoundé, estime pour sa part, être victime d’une machination orchestrée par ses camarades.

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique