Cameroun - Musique - Ben Decca: «Je ne sais pas ce qu’est la SONACAM (…) Il est hors de question qu’on impose aux artistes ce qu’ils ne veulent pa »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Dec-2017 - 19h31   5914                      
1
Ben Decca archives
L’artiste de renom célèbre ce soir à Yaoundé ses 30 ans de musique. Il était l’invité du journal télévisé de 12 heures de la CRTV ce 8 décembre 2017.

Ben Decca présente ce 8 décembre 2018 à Yaoundé le 26ème album de sa discographie. Ce sera au cours d’une célébration marquant ses 30 ans de carrière. Invité pour l’occasion du journal de la mi-journée sur la CRTV-télé ce même jour, le chouchou de ces dames a placé l’événement sous le signe de  « la patience,  l’indulgence, l’exigence ». Le grand chanteur en a profité pour exprimer sa gratitude à ses nombreux fans. « J’ai pour habitude de dire que mon cœur est trop petit pour garder le mal qu’on m’a fait donc je considère l’amour de mon public comme le plus grand moment. D’autant plus que chaque fois je vais sur scène je vois la réaction du public. Une réaction positive, indulgente. Quand je sors  un nouvel album, je vois l’engouement de mon public. Tant que mon public me reste fidèle, c’est ce qui est important pour moi ». Le programme de la célébration de ses 30 ans de carrière prévoit notamment la reprise de ses anciens titres à succès.

Interrogé sur la situation actuelle du droit d’auteur de l’art musical, l’homme a marqué son désaccord avec les derniers actes du ministre des arts et de la culture et de certains de ses collègues.  « Je ne sais pas ce qu’est la SONACAM. Les artistes doivent assumer leurs responsabilités. Il est hors de question qu’on leur impose ce qu’ils ne veulent pas. Et qui plus est si on considère que la gestion au niveau de nos droits est au prorata de la productivité de chaque artiste, à partir de ce moment – là on doit faire un canevas afin de tenir compte du prorata de productivité de chaque artiste. Il est hors de question qu’avec 25 albums je laisse mes droits contrôlés par quelqu’un qui a à peine trois albums et qui est improductif », a-t-il contesté.  

Ben Decca dit que le droit d’auteur doit être une affaire de connaisseurs.  Il souhaite que ses gestionnaires soient les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. L’aîné de la talentueuse  Grace Decca déplore le fait que de nombreux artistes travaillent sans profiter des fruits de leur travail. Il réclame un statut de l’artiste et le « protectionnisme » de la musique camerounaise avec la diffusion 70 % de musique camerounaise sur les antennes des radios et télévisions.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique