Cameroun - Nécrologie: L’artiste comédien, metteur en scène et écrivain Wakeu Fogaing est mort

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2021 - 13h01   6586                      
5
Wakeu Fogaing CRTV
Il a rendu l’âme la nuit dernière à Bandjoun dans la région de l’Ouest.

Le monde des arts de la scène, plus précisément celui du théâtre, ainsi que de la littérature vient de perdre l’un de ses plus illustres représentants. L’artiste comédien, metteur en scène et écrivain, Sylvain Wakeu Fogaing est décédé. Ce perfectionniste acharné a rendu l’âme le dimanche 21 mars 2021. La CRTV a annoncé son décès ce lundi 22 mars 2021, sans en préciser les causes.

«L'artiste comédien, metteur en scène et écrivain Wakeu Fogaing est mort la nuit dernière à Bandjoun. Il aura marqué le secteur des arts vivants au Cameroun ces 20 dernières années», a écrit le média gouvernemental sur sa page Facebook certifiée.

De son vivant, Wakeu Fongaing était de ses artistes qui préféraient laisser parler leur art plutôt que leur personne. Une attitude qui ne l’a pas quitté tout au long de ces 30 années de carrière. À son actif on peut citer des textes comme «J’ai arrêté de croire au futur» écrit pour la danse et «Monsieur N’importe qui en campagne» destiné aux sketches. Il a plusieurs fois participé au festival d’Avignon en France, où il a notamment ébloui les festivaliers en jouant le rôle du médecin des étoiles, personnage tiré de «Sheda», une pièce de Dieudonné Niangouna. Fondateur  de la Compagnie Feugham en 1993, il l’a dirigé jusqu’à sa mort.

«Le théâtre est un art indispensable pour l’équilibre moral et spirituel d’un peuple. Il participe au développement humain continuel en sensibilisant la population sur les pertes de valeur et la dignité. C’est au théâtre qu’on met en scène les douleurs possibles à surmonter en tant qu’humain. C’est au théâtre qu’on essaie de traiter l’amour, le deuil, la grandeur, la chute, la honte, l’orgueil le chagrin, le rêve, la vérité et le mensonge..», affirmait-il en 2018 dans une interview accordée à nos confrères du magazine Kulture Master.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique