Cameroun – Obligation au vaccin anti-Covid 19 : L’Ordre des Avocats tance les méthodes du Gouvernement et dénonce une « atteinte grave aux libertés »

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Oct-2021 - 15h48   5035                      
0
Le Premier ministre se fait vacciner contre Covid19 Minsante
La Commission des Droits de l’Homme et des Libertés du Barreau du Cameroun déplore les moyens de pression employés par les pouvoirs publics pour amener les citoyens à se faire vacciner, alors même qu’il n’existe pas (encore) un texte législatif aussi bien au niveau national qu’international qui rend obligatoire le vaccin contre le Coronavirus.

Ces dernières semaines au Cameroun, il n’a échappé à personne ces sorties d’autorités administratives conditionnant désormais l’accès aux locaux de leurs administrations respectives par la présentation d’un test anti-Covid 19 pour les uns et d’une carte vaccinale pour les  autres.

Il y a une dizaine de jours encore, le secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, s’est inscrit dans cette logique, emboitant le pas aux ministres de la Santé Publique Manaouda Malachie, de la Fonction Publique, Joseph Le, ou de l’Administration Territoriale Paul Atanga Nji, entre autres.

Il s’agit là des méthodes de pression employées par le gouvernement, dont n’apprécient guère la Commission des Droits de l’Homme et des Libertés du Barreau du Cameroun. Elle a rendu publique une déclaration dans laquelle elle déplore ces méthodes qui apparaissent pour elle comme « une atteinte grave aux libertés », indique le président de ladite commission, Me Christian Daniel Bissou.

Le Barreau du Cameroun croit savoir que « le législateur et le législateur seulement a le pouvoir de déterminer le caractère obligatoire des vaccins pour les motifs de santé publique », et que cela ne relève pas de la compétence d’un ministre ou d’une quelconque autorité administrative. D’ailleurs, il n’existe aucun texte au niveau national comme international qui institue l’obligation à un vaccin, fut-il celui contre la Covid-19, dont la nature meurtrière n’est pas réfutable.

« La vaccination n’étant pas obligatoire de lege lata, les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discriminations comme semble l’indiquer les communiqués des administrations publiques », ajoute Me Christian Daniel Bissou.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique