Cameroun - Opération Epervier: Mebe Ngo’o a échangé avec sa femme à Kondengui

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Mar-2019 - 15h42   6085                      
4
Edgar Alain Mebe Ngo'o et son épouse Bernadette archives
Le régisseur de la prison centrale de Yaoundé qui a autorisé cette rencontre dément également les rumeurs sur l’agression et la tentative de suicide de l’ex-MINDEF.

Le dispositif de filtration des entrées et des sorties a été renforcé à la prison centrale de Yaoundé,  depuis l’arrivée de l’ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o, de son épouse Bernadette Mebe Ngo’o et ses trois co-accusés dans ce pénitencier.

Dans le journal Cameroon Tribune en kiosque ce 13 mars 2019, le régisseur de la prison, Fredy Armand Medjo fait le point sur la situation du couple Mebe Ngo’o. Tout d’abord, il dément «toutes les informations qui circulent depuis vendredi sur l’accueil et les conditions de séjour des époux Mebe Ngo’o».

Selon le régisseur, «le ministre est calme. Il est arrivé affecte comme tout le monde qui entre ici dans les mêmes conditions». «La rumeur de l’agression du prévenu à son arrivée ou sa tentative de suicide est donc totalement infondée», peut-on lire dans le journal.

Edgard Alain Mebe Ngo’o est logé au quartier 14, alors que son épouse séjourne au quartier féminin. Ils ont pu se parler le mardi 12 mars. «Il a demandé à discuter avec son épouse, j’ai autorisé qu’ils aillent échanger au bureau de la discipline. Apres, chacun a rejoint sa cellule», précise le régisseur.

Au sujet de la santé de Bernadette Mebe Ngo’o, Fredy Armand Medjo précise «qu’elle a été accueillie après un séjour dans une formation hospitalière. Le médecin de la prison la suit et s’il y’a nécessité d’un examen approfondi, il avisera».

«La mise en détention préventive des époux Mebe Ngo’o intervient à la suite d’une enquête qui s’est déroulée au parquet du Tribunal criminel spécial. Sur les motifs de l’inculpation, rien d’officiel ne filtre. En plus des époux Mebe Ngo’o, trois autres personnes: le lieutenant-colonel Joël Mboutou (ancien attaché de défense du Cameroun au Maroc), Maxime Mbangue (ancien conseiller technique au MINDEF) et Victor-Emmanuel Menye (ancien DGA  de la SCB) ont été également mis sous mandat de dépôt», conclut le journal.

Auteur:
Béatrice KAZE
 
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique