Cameroun - Opinion/Me Yondo Black: "La mise en demeure de Maurice Kamto ne doit pas être prise à la légère"

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Mar-2020 - 18h02   18767                      
23
Ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats du Cameroun Archives
L'ex bâtonnier en est arrivé à cette conclusion après avoir remis au centre des débats les prérogatives dues au député dans notre pays, dans une chronique publiée dans le quotidien "Le Jour" ce lundi 30 mars 2020. Il s'offusque également du silence prolongé de Paul Biya, donné pour mort depuis quelques jours dans les réseaux sociaux.

L' ex bâtonnier de l'Ordre National des Avocats, Me Yondo Black, est des opposants au régime de Yaoundé, qui se languissent de voir s'opérer un changement à la tête de l'Etat, et chaque fois que l'occasion s'y prête, il ne manque pas de l'exprimer. Dans une chronique commise ce lundi 30 mars 2020 dans les colonnes du journal "Le Jour", a réagi à la dernière sortie de l'opposant Maurice Kamto, du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). 

Ce dernier a, dans un communiqué publié le 27 mars 2020, exhorté le chef de l'Etat, Paul Biya, à sortir de sa réserve pour mener avec son peuple le combat contre la pandémie du COVID-19, dans un délai de 7 jours. Une injonction mal appréciée par certains pontes du régime, qui se sont donnés la peine de répondre au président du MRC en des termes souvent très iconoclastes. Pour Me Yondo Black, alors que Paul Biya que l'on donne pour mort n'a pas encore donné signe de vie, il faut plutôt accordé du crédit à cet acte de Kamto. 

"La mise en demeure du Professeur Maurice Kamto, qui ne doit pas être prise à la légère a donc toute sa raison d'être", déclare-t-il. L' ex bâtonnier est arrivé à cette conclusion après s'être offusqué du silence prolongé de Paul Biya en cette période de crise sanitaire aigue mondiale, dans un pamphlet sur le rôle des députés camerounais, garants d'un pouvoir legislatif inféodé au pouvoir exécutif. 

Les "députés ont renoncé à leur mission de contrôle de l'exécutif et même de contrôle de la vacance de pouvoir, ainsi que je les invitais en son temps par ma lettre au parlement. Cette lettre retrouve toute sa vigueur aujourd'hui plus qu'hier où il est reproché au président Biya de ne pas se manifester face à ce qu'il appelle lui-même la guerre au Coronavirus. Une guerre qui ne peut se gagner sans la présence de son chef des armées", commente Me Yondo Black. 

L' avocat au Barreau du Cameroun regrette que Paul Biya continue de se terrer, et qu'à la suite de l'annonce, vraie ou fausse de son décès, il n'ait pas donné signe de vie pour tordre le cou aux rumeurs. A la place, c'est le Ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, qui a commis un démenti très peu convainquant. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique