Cameroun - Panique: La localité de Bengbis (Sud) inondée par l’eau du barrage de Mekin, Le Ministre des Travaux publics annonce des mesures

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Jul-2017 - 13h04   8649                      
4
Barrage de Mekin Archives
Emmanuel Nganou Djoumessi indique qu’une revue des études techniques disponibles pour tenir compte du nouvel environnement envahi par les eaux va permettre de choisir les meilleurs partenaires privés pour conduire les travaux à effectuer dans la zone inondée.

Emmanuel Nganou Djoumessi le Ministre des Travaux publics (Mintp) annonce que des mesures ont été prises par le Gouvernement pour résoudre le problème d’inondation que connait actuellement la localité de Bengbis dans le département du Dja et Lobo, Région du Sud. Pour rappel comme le rapportait déjà le quotidien Le Jour édition du 30 juin 2017, la fermeture des vannes du barrage hydroélectrique de Mekin conjuguée aux premières pluies, a provoqué une montée fulgurante des eaux qui ont englouti les ponts sur le Dja et Lobo. Conséquence, la localité de Bengis est aujourd’hui coupée du chef-lieu du département, Sangmelima et les routes déjà mauvaises sont dans un piteux état et sont isolées. Le Mintp dont les services ont publié une note le 6 juillet 2017 portant sur le cas de Bengbis, indique qu’une mission interministérielle a séjourné sur les sites concernés. C’était du 12 au 14 juin  2017. La réunion de ce jour avait pour but de trouver des voies et moyens pour l’aménagement des infrastructures routières de la zone impactée par le projet et la relocalisation des populations.

«Il a été conclu que la revue des études techniques disponibles, pour tenir compte du nouvel environnement envahi par les eaux permettra de choisir des partenaires techniques privés jouissant d’une expertise avérée, pour la conduite des travaux de construction de ces ouvrages désormais en zone inondée, car le processus d’exploitation du barrage est irréversible», a déclaré Emmanuel Nganou Djoumessi. Celui-ci a précisé que «la pré qualification des entreprises compétentes est engagée. Par ailleurs les travaux lourds de relèvement du niveau de service de l’axe routier Ekong-Bengbis seront entrepris en règle sans délai, en attendant le bitumage pour lequel les études techniques sont en cours».

Sur la cause de la situation décriée le quotidien Le Jour édition du 7 juillet 2017 indique qu’un expert camerounais approché par Le Quotidien de l’Economie a déclaré en janvier dernier «le manque de coordination entre les différentes structures impliquées dans le processus. Depuis le lancement du projet en 2011, la construction de ces ponts s’est avérée impérative au terme des études d’impact, mais cela ne semblait pas être la priorité de toutes les parties prenantes».

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique