Cameroun - Parfait Mbvoum: (Vice-président du SDF dans le Centre) – A propos des Régionales annoncées: «le pays est bloqué. Il ne s’agit pas d’aller aux élections pour les élections»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2019 - 13h28   2195                      
4
Parfait Mbvoum, vice-président SDF-Centre Facebook
L’opposant pense que l’on devrait résoudre les crises sociales qui minent le Cameroun avant d’aller aux urnes.

Parfait Mbvoum ne veut pas entendre parler d’élections au Cameroun en ce moment. Le vice-président de la section régionale du Social democratic front (SDF) dans le Centre a donné son avis sur l’éventuelle organisation des élections régionales sur Equinoxe télévision. L’invité du programme Equinoxe soir du 21 mars 2019 a réagi de façon négative au dépôt du projet de loi en rapport avec la mise en place des régions à l’Assemblée. Il a déclaré qu’il ne sait pas s’il faut s’en réjouir. Et a  constaté qu’il a fallu attendre 23ans pour que les choses se mettent en place.

Parfait Mbvoum a rappelé que la position du SDF a  toujours été celle du retour au fédéralisme. « Pour nous c’est d’abord la résolution des crises sociales dans le pays avant les consultations électorales. Dans un pays normal, c’est comme ça que ça devrait se faire », a-t-il expliqué dénonçant des dirigeants qui veulent à tout prix rester au pouvoir, critiquant la précipitation. « La situation est grave. Elle est gravissime. Il faut que la République s’arrête, qu’on se pose les vraies questions et qu’on se demande où est-ce qu’on va ». Et de poursuivre : « « le pays est bloqué. Il ne s’agit pas d’aller aux élections pour les élections ».

Parfait Mbvoum a poursuivi sa démonstration en minimisant la rentabilité de ceux qui sont  élus depuis 2013. Pour lui, la décentralisation annoncée sur le tard n’est pas l’idéal pour résoudre les problèmes du pays. « Toutes les lois qui tournent autour de la décentralisation ne nous enchantent pas particulièrement. Ce d’autant plus que la décentralisation a des limites et elle n’a pas été mise en place il y a 23 ans. Et aujourd’hui ce qu’on nous donne ce n’est que les résidus d’une décentralisation ».

Pour le responsable du SDF demander aux partis de prendre part aux élections c’est faire preuve de mépris à leur endroit.« On s’est battus et on continue à se battre pour que la crise anglophone s’arrête. Mais en face de nous on a un pouvoir arrogant. Et c’est dans cette arrogance qu’on nous demande d’aller quand même participer à l’élection. Nous ne sommes pas aux Jeux olympiques où l’essentiel c’est de participer. Il y a tout un cadrage électoral ! Vous pouvez perdre une élection, vous dites « ok nous avons perdu ». Mais il faudrait qu’il y ait un minimum de décence électorale », juge-t-il avant de poursuivre : « le code électoral est un des plus mauvais dans le monde. Nous l’avons dit. ELECAM, on le conteste. Le contenu même du code électoral, le bulletin unique. Et puis il y a la crispation au sein de la nation. Vous allez ici à la Poste centrale, vous voyez comment des gens montent et descendent, vous ne savez pas ce qu’ils cherchent. Tout le monde est nerveux ! Tout le monde est en train de se demander de quoi demain sera fait. Et puis, il des gens qui nous disent : « ok allez aux élections ». Ce n’est pas de cela qu’il est question ».

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique