Cameroun - Péage routier: Où sont passés les 14 postes automatiques annoncés depuis janvier 2018 ?

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-May-2018 - 11h55   3701                      
6
Le Cameroun veut se doter de 14 péages routiers automatiques Archives
Bientôt six mois écoulés depuis l'annonce de la modernisation des procédures, destinée à combattre les multiples détournements jusqu'ici observés.

Le Gouvernement à travers le ministère des Travaux Publics (MINTP) avait annoncé en janvier 2018 que cinq groupements d’entreprises disposant d’une expertise dans le domaine de la construction des postes de péage automatique, avaient déjà sélectionnés les postes manuels qui allaient être remplacés. Ces entreprises, rappelle La Nouvelle Expression du mercredi 23 mai 2018, devaient accompagner le gouvernement « pour le financement, la conception, la construction, l’équipement, l’exploitation et la maintenance de 14 postes de péages automatique sur certaines routes bitumées du réseau routier ». Mais à date, rien ne semble avoir évolué dans la réalisation de cet important projet.

D’après le quotidien, les postes déjà sélectionnés étaient ceux de Nsimalen (route Yaoundé-Mbalmayo) ; Mbankomo, Mboumyébel, Edéa (Axe Yaoundé-Douala) ; Tiko (Douala-Limbé) ; Mbanga, Manjo, Bandja (Douala-Bafoussam) ; Nkometou, Bafia (Yaoundé-Bafoussam) ; Foumbot, Bafou et Matazem, entre autres.

En choisissant ces postes de péage tous situés sur le fameux triangle de la mort que constitue Yaoundé-Douala-Bafoussam, le MINTP avait indiqué que sur les 45 postes que compte le Cameroun, les sélectionnés sont les plus rentables. En effet, ils produisent à eux seuls 75% de recettes, peut-on lire dans le journal. Il devenait donc important pour le Cameroun qui entend s’arrimer au numérique, de moderniser ces infrastructures.

Pourtant, rapportent certaines sources, ce projet qui pouvaient doublement porter recettes, connait quelques difficultés, apprend-on du journal. « Les postes de péage sont des sources d’argent liquide dans laquelle de puissants réseaux s’abreuvent au quotidien telles des sangsues. En les rendant automatiques, toutes les personnes qui tirent profit de la situation actuelle seront définitivement sevrées », souligne un fonctionnaire au ministère des Transports.

Notons que l’informatisation implique la transparence et par conséquent, semble donner des insomnies aux gestionnaires de péage routiers. Mais pas seulement eux. En effet, depuis le début du recensement du personnel de l’Etat dont l’informatisation a été longuement combattue pendant plus d’une vingtaine d’années, à titre d’exemple, plusieurs techniques de malversations commencent à être identifiées. Au plus grand dam de ceux qui sont concernés par ces basses manœuvres, dont la finalité est de distraire de l’argent.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique