Cameroun - Penda Ekoka (homme politique) répond aux attaques contre Maurice Kamto: «Aucun argument ne saurait justifier la séquestration arbitraire de Kamto et sa famille depuis plus de deux mois»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Dec-2020 - 09h01   4737                      
1
Christian Penda Ekoka archives
Désormais allié de Maurice Kamto, l’ancien conseiller économique de Paul Biya a réagi sur Twitter, le 1er décembre 2020, aux attaques répétées de l’homme politique Djeukam Tchameni à l’encontre du leader du MRC.

Depuis plus d’une semaine, l’opposant Djeukam Tchameni, président du Mouvement pour la Démocratie au Cameroun et l’Interdépendance (MDI), multiplie des attaques dirigées contre Maurice Kamto et les militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC)

Dans ses sorties qu’il effectue sur sa page Facebook, il fustige une démarche unilatérale du leader du MRC, notamment au sujet des marches du 22 septembre 2020.

«Aucune organisation au Cameroun ne peut aujourd'hui, organiser toute seule une manifestation non autorisée ayant des dizaines de milliers de personnes. Le seul moyen d'atteindre cet objectif est de mutualiser les énergies au sein d'une large coalition qui appellera le peuple à sortir autour de thèmes unificateurs et non partisans. Or, une coalition se construit méticuleusement, avec sérieux et humilité. Ça prend du temps et plusieurs réunions car les décisions doivent toujours être consensuelles. L'organisation d'une manifestation qui ne sera pas autorisée par le régime nécessite aussi une démarche méticuleuse et appropriée. Étant donné les risques inhérents pour les manifestants chaque étape doit être préparée avec le plus grand soin. Il n'y a pas de place pour l'amateurisme», avait écrit M. Djeukam Djameni dans un de ses messages le 27 novembre.

Excédé par ces attaques, Christian Penda Ekoka est sorti de sa réserve. L’allié de Maurice Kamto estime qu’«aucun argument ne saurait prévaloir pour justifier la séquestration arbitraire de Kamto et sa famille depuis plus de deux mois, ni les arrestations et détentions arbitraires de Fogue, Bibou Nissack, Zamboue et les autres, ni les menaces d’arrestation sur Dzongang».

L’ancien conseiller économique à la Présidence de la République, fondateur du mouvement Agir/Act, a publié une série de tweets mardi soir, à travers lesquels il appelle à une union des forces du changement.

Ci-dessous le message de Penda Ekoka:

Les réseaux sociaux font état d’une mise au point de Djeukam Tchameni relative à ses vues exprimées à Maurice Kamto sur l’organisation des marches du 22 septembre dernier. A notre avis, quelles que soient les divergences tactiques ou stratégiques, les forces de progrès devraient avoir un consensus minimal de solidarité pour la défense des droits humains fondamentaux, si tant est qu’elles œuvrent ensemble pour l’avenir dans notre pays d’une véritable démocratie, d’un État de droit et d’une société de libertés.

Face à ce régime tiré par la corruption, l’atteinte de cet objectif exigera ce consensus minimal, au-delà des positionnements opportunistes qui ont dans le passé fragilisé l’union pour le changement, et ont permis au régime Biya de perdurer, à l’aide d’institutions politiques et économiques prédatrices des ressources, qui consomment sans créer la richesse.

Et sur ce plan, aucun argument ne saurait prévaloir pour justifier la séquestration arbitraire de Kamto et sa famille depuis plus de deux mois, ni les arrestations et détentions arbitraires de Fogue, Bibou Nissack, Zamboue et les autres, ni les menaces d’arrestation sur Dzongang. Mention non faite de la brutalité et de la barbarie de ces actes.

Non et non à un État totalitaire !

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique