Cameroun - People: Une jeune dame accuse le Lion Indomptable Fabrice Ondoa d'etre un père irresponsable

Par Elodie N. BODOLO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Feb-2017 - 12h22   19898                      
18
Joseph Fabrice Ondoa Archives
Inconnue de tous jusqu'à hier, la jeune femme a insinué sur son compte Facebook que le gardien de but camerounais ne s'occuperait pas de "son enfant".

Et voilà une nouvelle histoire qui enflamme la toile depuis hier, 27 février 2017. La dénommée Krystel Messele (sur Facebook) a fait un post sur lequel elle accuse le gardien de but camerounais Fabrice Ondoa de ne pas vouloir s'occuper d'un enfant dont il serait le père. "FABRICE ONDOA, ne me fais pas trop parler si tu ne peux pas gérer ton enfant à distance, viens chercher ta fille maintenant. Tu es la fierté du Cameroun en ce moment et tout le monde est content de toi. Fais donc ta fierté partout ne me fait pas tout déballer ici...", a-t-elle écrit.

Le message de Krystel Messele (c) Capture d'écran  

Un poste qui a immédiatement suscité les passions des uns et des autres, prenant chacun son partie. S'interrogeant sur la démarche d'un tel acte et sur la véritable raison pour laquelle ce n'est que maintenant que Krystel Messele a choisi de mettre à nu une histoire pour le moins douteuse, les fans de Fabrice Ondoa ont vite fait de prendre position. En plus de s'insurger contre cette démarche immorale, ces derniers sont allés jusqu'à traiter l’auteure de la publication de tous les noms d'oiseaux: "Connasse, stupide, pauvre fille..." Ils l'ont par ailleurs accusé de vouloir ternir l'image du gardien de but, d'essayer de lui extorquer les fonds, ou encore de le déstabiliser... D'autre part, une minorité d'internautes estime que le valeureux Lion indomptable doit assumer ses responsabilités, si tant il est vrai qu'il est le père de cet enfant.

Ce qui reste inquiétant, c'est la tendance qu'ont désormais les uns et les autres à vouloir régler leurs conflits sur les réseaux sociaux, principalement Facebook. De plus en plus de personnes choisissent cet espace virtuel pour y exposer leurs problèmes réels et personnels, on aurait dit une instance de justice où les internautes donnent la sentence. Tout comme on se servait il y a quelques années des médias traditionnels pour exposer certaines situations, on se sert aujourd'hui de Facebook pour construire et détruire.

S'acheminerait-on vers un nouveau feuilleton à sensations? Seul l'avenir nous le dira...

Auteur:
Elodie N. BODOLO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique