Cameroun - Perspectives: L’Union générale des travailleurs du Cameroun veut sortir les jeunes du piège du sous-emploi

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-Nov-2020 - 14h37   6522                      
1
Des jeunes a la recherche d'emplois Archives
La préoccupation était au centre d’un séminaire organisé ce 18 novembre 2020 par l’UGTC.

L’Union générale des travailleurs du Cameroun (UGTC) a organisé un séminaire, ce 18 novembre 2020, sous le thème «création d’emplois et la décentralisation».

L’objectif de cette rencontre à laquelle ont pris part de nombreux représentants des administrations publiques et parapubliques était très clair: «faire en sorte qu’à la fin, tout soit fait dans ce pays pour donner les armes de la vie aux jeunes c’est-à-dire le travail», apprend-on dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 19 novembre 2020.

«Nous avons des outils au Cameroun à l’instar du Himo, c’est là ça ne nous coûte rien, mais où est la volonté politique ? On a fait des ateliers et des séminaires dessus mais jusqu’à ce jour, rien ne décolle. Il faudrait qu’on comprenne qu’on a un grand problème à résoudre, celui des jeunes», confie Isaac Bissala, le président de l’UGTC.

La question qui se pose aujourd’hui: comment résoudre ce problème? «Il y a beaucoup de niches de valeur ajoutée au Cameroun et on peut miser dessus, par exemple l’agriculture qu’on peut mieux moderniser; il y a la question de l’économie verte, il y a le digital, il y a beaucoup de jeunes startupers qui ont proposé des outils pour aider à améliorer la qualité des services publics. Il ne reste plus qu’à mobiliser les ressources nécessaires pour accompagner ces jeunes-là», explique Ali MadaiBoukar, spécialiste en développement productif au Bureau international du travail (BIT).

Toutefois, il faudrait au préalable résoudre une autre équation, soutient le journal. Celle de l’adéquation entre le système éducatif, de formation et les besoins du marché du travail. «La plupart des jeunes que nous recevons ne sont pas forcément qualifiés par rapport aux besoins du marché ; ils viennent chez nous pour pouvoir obtenir une solution pour leur insertion donc notre rôle ce n’est pas seulement de les placer, mais aussi de leur donner des qualifications nécessaires», révèle Jacques Etondè, directeur des opérations et du développement au Fonds national de l’emploi (FNE).

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique