Cameroun - Petits commerces de vacances: Le commissaire central de Kribi interpelle 21 mineurs, des sanctions attendent leurs parents

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jul-2018 - 15h24   2901                      
8
Le Préfet de la Menoua interdit le commerce exercé par les mineurs Archives
Agés entre 6 et 13 ans, ces filles et garçons ont été interpellés dans les différentes rues de la ville de Kribi, alors qu’ils essayaient d’écouler leurs marchandises.

 

Les 21 enfants, chacun avec sa petite marchandise, sont actuellement gardés dans le box réservé à la réception du commissariat central de Kribi. Ils sont aux petits soins du commissaire central, le principal Raymond Mman, en attendant leurs parents convoqués. Notre confrère Cameroon Tribune du 10 juillet 2018 raconte que c’est avec des regards innocents et tous sourires, qu’ils livrent les adresses de leurs géniteurs sans toutefois imaginer les peines qu’encourent ces derniers.

En fait depuis le début de ces vacances scolaires, c’est par dizaines, que des gamines et des bambins avec des plateaux lourdement chargés de marchandises se comptent dans les rues de la ville de Kribi. Ils sillonnent les plages, les marchés et même les bureaux administratifs. Cameroon Tribune raconte qu’Alain Ndjeng un garçon âgé de six ans est sorti de la maison familiale à 7 heures du matin avec cinq paquets de mouchoirs jetables. Et au moment de son interpellation à 13h30mn, l’enfant n’avait réussi à vendre qu’un seul paquet. Nicole Madiba, autre enfant interpellé et âgée de 13 ans, est obligée par sa tante de tout vendre avant de rentrer à la maison. Elle est donc contrainte de se balader comme plusieurs autres jeunes filles, le long des plages proposant des arachides bouillies aux passants. Notre confrère rapporte que le Préfet de l’Océan et le Procureur n’ont pas été indifférents aux récits de ces enfants.

Pour rappel il y a de cela quelques mois, le Préfet de l’Océan a signé des arrêtés interdisant toute activité liée à l’exploitation des enfants. Partant du fait que le Cameroun fait partie des pays ayant signé des conventions internationales et les lois pénales interdisant le travail des mineurs.

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique