Cameroun - Plaidoyer: Le Réseau des parlementaires Espérance Jeunesse plaide pour l’adoption d’un Code de protection de l’enfant

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Nov-2020 - 17h20   7451                      
0
Enfants de la rue Agencecamerounpresse
Le Réseau conduit par l’honorable Joshua Osih du SDF a tenu une séance de travail à cette fin avec les parlementaires en présence des membres du gouvernement.

Le gouvernement, avec l’appui de ses partenaires, a entrepris depuis 2003, d’élaborer un avant-projet de loi portant Code de protection de l’Enfant. L’élaboration de cet avant-projet de loi est intervenue 10 ans après la ratification par le Cameroun (1993) de la Convention relative aux droits de l’enfant. Seulement, plusieurs années après, le Cameroun n’a toujours pas adopté une loi interne suite à la ratification.

La rencontre tenue le 23 novembre 2020 à l’initiative du Réseau des parlementaires «Espérance jeunesse» pour la promotion des politiques et actions en faveur de la jeunesse et de l’enfance (REJE) visait à rappeler l’impérieuse nécessité de tenir dans un Code unique, les différentes lois qui protègent les droits de l’Enfant au Cameroun.

«Nous avons un nombre important des lois traitant de la protection des enfants qui sont éparpillées et disparates. Nous avons besoin de mettre ensemble ces différents instruments juridiques dans un Code pour que chacun comprenne comment les enfants sont protégés ou comment ils doivent être protégés. Personne ne sait trop bien quoi faire quand nous voyons des enfants être victimes de certaines situations», a martelé l’honorable Joshua Osih, le président du REJE, dont les propos sont repris dans les colonnes du journal Le Messager édition du 26 novembre 2020.

Pour le député du Social Democratic Front (SDF), un parti de l’opposition, «avec les crises en cours dans l’Extrême-Nord, dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, les enfants sont particulièrement des victimes avec les exactions des bandes armées et autres. Ce qui est important aujourd’hui est l’enfant, il convient de le protéger en lui accordant des droits rassemblés dans un Code. Quoi que nous fassions aujourd’hui contre les enfants, c’est un investissement contre le Cameroun dans les trente ou quarante prochaines années».

Présent à cette rencontre, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, Jean de Dieu Momo, a reconnu l’importance d’avoir un Code de protection de l’Enfant. «Nous avons beaucoup de lois qui protègent les enfants. Mais si nous les mettons dans un seul Code nous espérons que cela va toucher de gens. Toutes les lois sont là, mais disparates dans plusieurs document juridiques. En mettant toutes ces lois relatives à la protection des enfants dans un seul Code, ce sera une bonne initiative. Faire tout pour que le monde soit conscient de la nécessité de protéger les enfants», a-t-il déclaré.

Selon le ministre délégué auprès du MINJUSTICE, «nos enfants connaissent beaucoup de problèmes de la naissance jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes. Spécialement les enfants déplacés, qui peuvent être détournés par les adultes. Dans notre Code de procédure pénale, le Code pénal, le Code civil, nous avons beaucoup de dispositions qui protègent ces enfants. C’est très important. A ce que je vois, beaucoup de gens attendent ce Code. Nous évoluons avec les lois et nous devons dès à présent adopter un Code spécifique qui protège les droits des enfants».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique