Cameroun - Polémique: Le musicien Richard Bona s’attaque à Joseph Antoine Bell après ses réflexions sur l’alternance au sommet de l’Etat

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Jun-2020 - 11h44   8837                      
42
Joseph Antoine Bell Archives
Le célèbre guitariste n’a pas digéré le fait que l’ancien gardien de buts conçoive l’alternance comme une nécessité subsidiaire.

Décidément Richard Bona n’en rate pas une. Le célèbre musicien est à l’affût du moindre petit détail concernant la situation socio-politique qui prévaut dans son pays natal, le Cameroun. Récemment, l’auteur d’ «Eyala» qui est un opposant assumé au régime de Paul Biya, s’en est pris à l’ancien international Camerounais Joseph Antoine Bell, qui lors d’’un programme intitulé «Face à l’actu», diffusé sur les antennes de la télévision privée Spectrum Télévision (STV), a donné un point de vue qui ne cadrait visiblement pas avcec sa conception de la démocratie.

Interrogé sur la question de l’alternance au sommet de l’Etat, l’ancien gardien de buts de l’Olympique de Marseille avait alors affirmé que: «Pour vous dire comment nous sommes imprécis quand nous utilisons les mots. Lorsqu’on est passé du président Ahidjo au président Biya, il y en a qui ont considéré cela comme une alternance aussi. Ce n’était pas une alternance et l‘alternance n’est pas obligatoire. Il faut qu’on le sache. L’alternance ça veut dire une fois chez moi, une fois à droite, une fois à gauche. Mais si le côté droit gagne toujours ce n’est  pas l’alternance, c’est un changement de personne. Et personne n’oblige. Vous êtes champion parce que vous avez battu les autres. On ne vous dit pas «laissez aussi les autres gagner». Ce n’est pas possible, il faut arrêter cette histoire».

Cette sortie n’a été que très moyennement appréciée par Richard Bona. Ce dernier l’a d’ailleurs fait savoir sur son compte Facebook il y a deux jours.

«L’alternance n’est pas obligatoire dit-il. Demain j’ai un maillot d’un gardien à mettre dans ma poubelle...À tous ceux qui ont le refus de “reconnaître le mal et les intenses souffrances du peuple...C’est Poux Bell direct! Bye». Et de rajouter que «Si un jour par malheur il arrive à la tête de la FECAFOOT, c’est fini. Il va appliquer la “Zero-alternance” comme fait Biya en ce moment…».  

Essayant de légitimer son courroux, l’artiste déclare: «j’ai célébré Jojo (Bell, NDLR), J’ai célébré Milla, J’ai célébré Nkono, Doumbè Lea, Kundé, Manga Onguené, Njeya, Mbida Arrantès, Moungam beretta, Bouboule, Mbouh Mbouh,Aoudou Ibrahim Oman et Kana Biyick etc...Gamin, Je suis allé marauder pour les Lions par amour et passion...C’était nous le peuple à Bepanda. Et d’entendre ça, c’est inacceptable», s’offusque-t-il.

Piqué au vif par les nombreuses réactions d’indignation qu’ont suscitées ses propos, Joseph Antoine Bell a tout simplement invité les camerounais a réécouter attentivement ses propos.

«Alerté par des followers sur des réactions des adeptes du manichéisme primaire auquel bien évidemment je ne souscris pas, je vous invite à suivre grâce à ce lien l’émission avec mes propos originaux», a-t-il écrit le 22 juin 2020 sur Facebook.

 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique