Cameroun - Polémique: Le projet de loi en étude au parlement prévoit que seul un autochtone peut devenir maire

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Dec-2019 - 13h37   32200                      
291
Députés à l'Assemblée nationale Archives
Plusieurs observateurs dénoncent cette disposition qui pour eux, est une menace à l’intégration nationale.

Bientôt à Yaoundé, Douala et toutes les villes du Cameroun, on aura désormais et uniquement des maires autochtones.

C’est la proposition contenue dans le projet de loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées en étude au parlement, réuni depuis le 13 décembre 2019 en session extraordinaire.

Dans son article 246 (alinéa 1), le texte dispose que «le Maire de la Ville est une personnalité autochtone de la Région de rattachement de la Communauté Urbaine».

A peine déposé sur la table des parlementaires, le projet de loi suscite déjà une vive polémique sur la toile, certains dénonçant une atteinte grave à l’intégration nationale tant prônée par le pouvoir de Yaoundé.  

Pour le journaliste Rodrigue Tongue, il s’agit tout simplement d’un «attentat à l'intégration locale, cellule biologique de l'intégration nationale et du vivre ensemble».

«On ne peut pas préparer et monter une République aussi villageoise. Celle qui empêche à un Ewondo de Mbankomo, ou à un Foulbé de Figuil d'être maire de Yaoundé, pour l'un et Garoua pour l'autre... A un Bandjounais d'être maire à Bafoussam...», stigmatise le coordonnateur de la rédaction de la chaîne de télévision Canal 2 international.

Pour bien comprendre, il faut savoir que si ce texte existait depuis, Françoise Foning, de regrettée mémoire, n’aurait jamais été maire à Douala. De même que l’opposant Prospère Nkou Mvondo serait d’office exclue de la candidature à un poste de magistrat municipal à Ngaoundéré.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique