Cameroun – Port autonome de Douala: Selon l’Agence de Presse Africaine (APA), APMT, le partenaire du groupe français Bolloré, veut saboter le système informatique du terminal à conteneurs du port de Douala avant la fin de son mandat (31 décembre 2019)

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Dec-2019 - 13h29   4868                      
3
Le port de Douala le 15 mars 2018 AFP/Reinnier KAZE
Pour éviter que cela arrive, des dizaines d’éléments de la gendarmerie et de la police, lourdement armés ont investi depuis vendredi dernier, le terminal conteneurs du Port autonome de Douala (PAD), a un mois de la fin de contrat du consortium constitué du groupe français Bolloré et de son partenaire Maerks (APMT)

Il règne un climat de méfiance et de suspicion au Port autonome de Douala. Selon APA, les principaux accès au site sont placés sous haute surveillance, et les fouilles au corps sont pratiquées sur les travailleurs et les usagers. Il y a 4 jours, un agent d’entretien de Douala International Terminal (DIT), la filiale locale d’APMT, a même été arrêté puis conduit en cellule au prétexte qu’il était soupçonné de transporter du matériel informatique, a appris l’Agence de presse africaine. D’après des sources concordantes contactées par APA, le contrat de confiance a été rompu entre le Port autonome de Douala et ses partenaires ( Bollore, APMT et DIT), depuis que l’instance dirigeante de la principale place portuaire du pays, soupçonne le consortium Bollore-APMT dont le mandat arrive à échéance à la fin de ce mois, de vouloir saboter le système informatique du terminal à conteneurs du port autonome de Douala. Un système informatique dénommé «Oscar» et installé par APMT pour la prise en charge des plateformes informatiques de gestion.

C’est au vu de ce qui précède et en prévision de la fin du contrat de Bolloré et de son partenaire APMT que le Port autonome de Douala a acquis, indique APA, un logiciel dénommé «NAVIS TOS» à travers un marché de gré à gré passé, a hauteur de 2 milliards de FCFA, auprès de l’américain Port Technology AIS. Mais, comme le renseigne nos confrères, «la mise en fonctionnement du nouveau réseau pourrait s’avérer ardue, puisque nécessitant la formation du personnel ainsi que la mise à niveau du réseau, des opérations pouvant nécessiter 6 à 8 mois»

En outre et ce toujours en prévision de la fin du contrat de Bollore et de son partenaire, une réunion restreinte présidée pour le compte du PAD par le français Amar Rashedi «le gestionnaire de la place portuaire a, selon des sources introduites, indiqué qu’il reprendra une partie une partie du personnel de DIT (soit 440 emplois directes, 1360 indirects et 1542 induits) le 1er janvier 2020 à ses conditions, consistant à minimiser les coûts d’exploitation, et à embaucher de bas salaires sans reprise d’ancienneté

En attendant l’aboutissement des procédures judiciaires engagées par Bolloré-APMT pour contester leur éviction de la gestion du Terminal à conteneurs du port autonome de Douala, c’est le PAD qui va prendre en charge la gestion directe dudit terminal.

 

 

 

 

 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique