Cameroun - Présidentielle 2018: Le Conseil camerounais des imans condamne fermement tout acte d’auto proclamation de victoire

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Oct-2018 - 16h26   3455                      
17
Fidèles musulmans réunis pour la prière Archives
Le Conseil vient de rendre public à cet effet un communiqué.

Le Conseil camerounais des imans, des mosquées et des affaires islamiques (COCIMA) n’accepte pas qu’un parti politique quel qu’il soit ne s’auto proclame vainqueur de l’élection présidentielle qui a eu lieu le 7 octobre 2018. Par la voix de son président le COCIMA rappelle que les résultats sont proclamés par le Conseil constitutionnel. Et ce au plus tard quinze jours après la tenue du scrutin. «Ainsi le Peuple camerounais a observé le dimanche 07 octobre 2018 une élection présidentielle dont les résultats officiels seront proclamés par le Conseil constitutionnel au plus tard le 22 octobre 2018. Le COCIMA invite tous les acteurs de la scène politique à la retenue et au respect de la loi camerounaise en vigueur régissant les élections présidentielles», écrit le COCIMA dans son communiqué du 8 octobre 2018.

Aussi le COCIMA demande à tous de tenir compte de la situation fragile dans laquelle se trouve actuellement le Cameroun. Il convie tout le monde à faire preuve de maturité dans les actes posés, et au respect des lois de la République. L’objectif étant que la paix et la cohésion sociale ne soient pas mises en mal. Pour mieux comprendre ce communiqué signé par le Pr Ibrahim Moubarak Mbombo, il faut rappeler que dans l’après-midi du 8 octobre 2018, le Pr Maurice Kamto a convié la presse nationale et internationale pour rendre public un message. Ledit message est qu’il a réussi à tirer le penalty dimanche dernier. «J’ai reçu mission de tirer le penalty, je l’ai tiré et je l’ai marqué. J’ai reçu du peuple un mandat clair que j’entends défendre jusqu’au bout. J’exhorte le président sortant à œuvrer pour une transition pacifique du pouvoir», a-t-il déclaré.    

Communiqué de presse des Imams du Cameroun (c) CIN

  

La réaction du Gouvernement ne s’est pas faite attendre. Comme le COCIMA le Gouvernement par la voix du Ministre de la Communication a fermemnt lui aussi condamné cette sortie de Maurice Kamto.   

 

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique