Cameroun - Présidentielle 2018 : Les scrutateurs aux abonnés absents dans les bureaux de vote à Douala.

Par Marie Louise SIMO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Oct-2018 - 00h46   778                      
0
En dehors du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), les scrutateurs des autres partis politiques en lice pour la présidentielle 2018 étaient pour la plupart absents des bureaux de vote.

Le constat vient  des observateurs du scrutin présidentiel du  dimanche 7 octobre 2018. Selon ces organisations de la société civile, les partis politiques de l’opposition ont pour la plupart, brillé par leur absence dans les bureaux de vote.  Au centre  de vote du Lycée bilingue de Deïdo dans l’arrondissement de Douala 1er,  seuls les scrutateurs du  Rdpc, Mrc, Univers  et Sdf étaient  présents dans les 12  bureaux de vote. Les autres partis en lice, notamment, l’Union démocratique du Cameroun (Udc) d’Adamou Ndam Njoya, le Peuple uni pour la rénovation sociale (Purs) de  Serges Espoir Matomba,  le  Mouvement citoyen national du Cameroun (Mcnc) de Ndifor Afanwi Franklin et  l’Alliance pour la démocratie,  développement (Add) de Garga Haman Adji  ont brillé par leur absence. « Presque dans tous les centres de vote à Douala, il n’y a que quatre partis qui sont représentés. Le Rdpc, le Mrc, le Sdf  et  Univers. Les autres cinq  partis ne sont pas représentés dans les bureaux de vote. Elecam s’est bien organisé, tous les bulletins sont présents et en bonne quantité », confie Janvier Kittio de l’Observatoire des Droits de l’homme.

Selon Joshua Oshi, l’absence des scrutateurs Sdf  dans certains centres de vote, vient du fait qu’ils n’ont pas été admis dans  une centaine de bureau sur les  25 mille. Une situation réglée par Elecam avec beaucoup de retard pendant le scrutin. Cependant, il relève que le Sdf s’est arrangé pour être présent dans les bureaux de vote. Selon  le candidat du parti Univers, ses scrutateurs intimidés dans les bureaux de vote par les militants  du parti au pouvoir, ont préféré  se mettre à l’écart. Selon les observateurs électoraux, l’absence des scrutateurs des partis politiques  d’opposition est un manquement grave qui pourra leurs être préjudiciable en cas de contentieux post-électoraux.

Marie Louise SIMO 

Auteur:
Marie Louise SIMO
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique