Cameroun - Présidentielle 2018: Voici les réactions des politiques suite à la convocation du corps électoral

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Jul-2018 - 17h19   4259                      
1
Celestin Bedzigui et Olivier Bile, CRTV - 06/02/2018 CIN Screen Capture
La majorité affirme accueillir cette nouvelle sans surprise et dit être depuis fort longtemps au travail.

«Le SDF prend acte de ce décret portant convocation du corps électoral le 7 octobre prochain. La légalité a certes été respectée mais, il y a lieu de dénoncer cette politique par embuscade qui veut que le Président de la République, qui sera probablement candidat à sa propre succession, soit contrairement à ses concurrents, le détenteur exclusif de la date précise de la convocation du corps électoral. Cette prérogative vicieuse qui participe de la dérive monarchique n’honore nullement la compétition électorale dès le départ. Dans des pays qui se respectent, la date de la convocation du corps électoral est connue au minimum 12 mois à l’avance. Aux Etats-unis par exemple, l’élection présidentielle a lieu tous les quatre ans et à une date précise à savoir le deuxième mardi du mois de novembre», déclare dans les colonnes du 10 juillet 2018, Jean Robert Waffo responsable de l’information du Social democratic front (SDF).

Le Pr. Alain Fogue Tedom trésorier du Mouvement pour la renaissance (MRC) espère «seulement que des fraudes sauvages et barbares qui ont caractérisé les dernières élections législatives ne soient de mise». Par ailleurs il ajoute que «ceux qui sont chargés d’administrer les élections le fassent en toute impartialité». Aussi même si le corps électoral a été tardivement convoqué, c’est depuis que son parti politique travaille pour cette élection. Même schéma pour Cabral Libii le candidat du parti Univers qui indique que par rapport à son programme, continuer à présenter aux camerounais l’offre politique portée par son parti durant les trois mois restants, avant le scrutin prévu pour le 7 octobre 2018. «Chers compatriotes dès cet instant je sollicite vos suffrages et demande votre aide. Je ne compte que sur vous pour mener à l’aboutissement de notre dynamique de changement», déclare-t-il.

Pour Olivier Bile candidat de l’Union pour la fraternité et la prospérité (UFP), l’heure de la compétition est venue. Et il convient aux politiques de se mettre en ordre de bataille. «Le 24 octobre 2017 nous étions parmi les tous premiers candidats à avoir fait notre déclaration de candidature à l’élection présidentielle, avec à la fois une lettre adressée aux camerounais…Nous sommes arrivés à moment crucial de la vie du pays. Il va falloir peut-être que les médias se surpassent et soient en mesure de nous proposer des questions au bout desquelles le grand oral des candidats pourra être réalisé», ajoute-t-il.      

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique