Cameroun - Prise de position: Célestin Djamen vole au secours de Francis Ngannou, pris à partie par une frange de l’opinion nationale pour avoir rendu visite à l’armée

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Aug-2020 - 10h52   5995                      
19
Célestin Djamen, militant du MRC archives
Pour ce cadre du MRC, en rendant visite aux éléments du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR), le champion de MMA s’est inscrit dans une tradition républicaine jamais démentie.

Les pseudos objecteurs de conscience et les docteurs de la morale qui ont élu domicile sur le réseau social Facebook, au lendemain de l’élection présidentielle 2018, ont trouvé une nouvelle proie à écharper. Depuis la semaine dernière, ces pourfendeurs du régime presque quarantenaire de Paul Biya, profèrent, qui des insultes et même des menaces à l’endroit de Francis Ngannou, à qui, ils reprochent sa visite au quartier général du BIR à Limbé, dans la région du Sud-Ouest, la semaine dernière. Pour ces derniers,  si le champion de MMA a choisi de poser fièrement avec les éléments de cette unité spéciale de l’armée, c’est qu’il soutient la grande muette, souvent accusée par les organismes internationaux d’exactions sur les populations civiles dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une guerre sécessionniste.

Non! Fulmine Célestin Djamen. Pour ce cadre  du MRC, Francis Ngannou est libre de rentre visite à l'armée camerounaise, sans pour autant donner sa caution aux exactions perpétrées par certains militaires renégats qui font malheureusement partie intégrante de nos forces de défense et de sécurité. L’ancien transfuge du SDF pense que le natif de Batié, s’inscrit dans une tradition républicaine jamais démentie.

«Notre champion Francis Ngannou, en rendant visite à la vaillante Armée camerounaise s’inscrit dans une tradition républicaine jamais démentie. Pourquoi certains égarés continuent de penser que rendre visite à l’Armée signifie cautionner les éventuelles bavures ou les excès de certains éléments de cette armée ? L’opposition n’est pas synonyme d’immaturité et d’irresponsabilité», a-t-il déclaré

Intégralité de la déclaration de Célestin Djamen

 Aucune Armée au monde n'est parfaite mais elle demeure pourtant un sanctuaire. Elle est sacrée malgré ses imperfections.

Nous convenons tous que notre Armée, quoique imparfaite comme toutes les Armées au monde, peut donc comporter en son sein quelques brebis galeuses. D'ailleurs l'institution de Tribunaux militaires dans notre pays renforce cette affirmation. Ces Tribunaux nous rappellent entre autres en effet que quoiqu'étant militaire tout n'est pas permis à un militaire.

L’Armée c'est l'Armée, les individus qui commettent des actes personnels répréhensibles en son sein restent des justiciables soumis aux lois de la République.

Sur cette évidence tout citoyen a le Droit de rendre hommage, à l’Armée, à défaut de se rendre dans les casernes.

Par ailleurs le fait qu'un gouvernement ou, pire encore un homme tente d'instrumentaliser l’Armée à son propre bénéfice, ne nous oblige pas de confondre l'institution républicaine qu'elle représente et l'usage que certains veulent en faire.

Notre champion Nganou Francis, en rendant visite à la vaillante Armée camerounaise s'inscrit dans une tradition républicaine jamais démentie.

Pourquoi certains égarés continuent de penser que rendre visite à l'Armée signifie cautionner les éventuelles bavures ou les excès de certains éléments de cette Armée ? L'opposition n'est pas synonyme d'immaturité et d'irresponsabilité.

Ceux qui crachent au-dessus de leurs têtes courent parfois le risque de voir leurs propres crachats retomber sur eux.

Je suis un symbole vivant de la bavure policière mais je n'ai AUCUNE haine pour la Police.Je sais distinguer ceux qui ont attenté à ma vie de notre Police. Je sais distinguer les crapules de N'garbuh de l’Armée républicaine. Les nombriliques doivent savoir qu'aucune Republique sèrieuse au monde ne peut se passer de l'Armée.

Je salue avec toute la dignité républicaine notre champion Francis Nganou pour son geste de solidarité vis-à-vis de la Grande Armée du Grand CAMEROUN.

 

Un citoyen libre.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique