Cameroun - Produits alimentaires et autres services: Les prix flambent de 0,3% au premier trimestre de l’année 2020

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-May-2020 - 08h50   934                      
0
les produits alimentaires Internet
L’information a été dévoilée par l’Institut national de la statistique, dans une note récemment publiée sur son site web.

Le niveau général des prix est désormais de 2,6%. Une hausse de 0,3% par rapport au prix du 4ème trimestre de l’année 2019. «Ce taux était de 2,3% il y a un an. La hausse des prix est donc plus importante aujourd’hui qu’en début d’année dernière», relève le quotidien national bilingue Cameroon Tribune paru le 29 mai 2020. Le journal s’est appuyé sur l’information récemment mise à la disposition du public par l’Institut National de la Statistique (INS), sur son site web.

Une hausse d’après l’INS qui serait due «en grande partie au renchérissement des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (3,1%), des restaurants et hôtels (5,4%), ainsi que des articles d’habillement et chaussures (2,8%). L’augmentation des prix des produits alimentaires résulte surtout de la progression des prix des fruits (8,9%), des légumes (7,9%), du sucre, confiture, miel, chocolat et confiserie (4,1%), des viandes (4,8%), des pains et céréales (1,5%) ainsi que des poissons et fruits de mer (0,4%, rapporte le quotidien.

Aussi, notre confrère relève que le phénomène «d’achats-paniques» dû à la série de mesures restrictives prises au lendemain du 17 mars (date du début du confinement) dans le cadre de la riposte contre la pandémie du Coronavirus a joué un rôle non négligeable dans la flambée de ces prix.

Ainsi, bien que le gouvernement lutte déjà contre cette flambée des prix avec l’instauration des marchés périodiques; l'INS affirme que «la reconnaissance du statut de zones économiquement sinistrées aux régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et la mise en place du cadre relatif au plan de construction et développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest devraient contribuer à l’amélioration de la situation sécuritaire pour la reprise et l’intensification des activités économiques dans le pays», note le journal. Cela, pour éviter que l’inflation atteigne le seuil fixé par la zone CEMAC en 2020 qui est de 3,0%.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique