Cameroun - Profanation: Trois présumés trafiquants arrêtés en possession d’un squelette humain à Foumbot (Ouest)

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Jun-2020 - 09h19   1855                      
1
Ils ont été interpellés au terme d’une opération menée par la brigade de gendarmerie de Foumbot alors qu’ils s’apprêtaient à vendre le squelette à 30 millions de FCFA.

C’est une histoire effroyable qui secoue la ville de Foumbot, dans le département du Noun, région de l’Ouest depuis le 20 mai 2020. Un squelette humain entier avec quelques morceaux de chair et de poils séchés a été récupéré entre les mains  des présumés trafiquants qui étaient sur le point de vendre les restes humains.

Selon le quotidien Le Messager qui rapporte cette information dans son édition du 1er juin 2020, «les suspects ont été arrêtés dans le quartier de Njindam en possession d’un sac contenant les ossements humains. Particulièrement parmi les os se trouvait une tête de femme qui avait encore une coiffure "cornrow"».

Des informations recueillies auprès des sources proche du dossier indiquent qu’il s’agit d’une dame «décédée il y a 6 mois et son cadavre a été déterré dans une localité située à environ 35 kilomètres de Foumbot, où elle a été enterrée».

Les présumés trafiquants ont quitté Kouoptamo à Foumbot avec les ossements humains à vendre et ont été arrêtés par des gendarmes alors qu'ils s’apprêtaient à effectuer leur transaction illégale contre une somme de 30 millions de FCFA.

Notre confrère révèle qu’une «enquête plus approfondie de la brigade de gendarmerie de Foumbot a conduit à l’arrestation d'une femme qui gardait le squelette. Elle a été arrêtée le 23 mai 2020 à Baigom près de Foumbot. Les enquêtes préliminaires montrent qu'il s'agit d'un réseau de trafiquants d'ossements humains».

Ils ont été immédiatement conduits à la brigade de gendarmerie de Foumbot. L’opération a été réalisée avec l’assistance technique de LAGA, une organisation non gouvernementale spécialisée dans l’application des lois sur la faune, précise le journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique