Cameroun - Projet foireux des logements SICC: L’Etat retire l’agrément de promoteur immobilier à Brigitte Soppo Ngallè, la promotrice de la SICC

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Aug-2021 - 17h11   15221                      
16
Lotissement de la SICC F. Nonos
La décision a été signée le 3 août 2021 par la ministre de l’Habitat et du développement urbain (MINHDU), Célestine Ketcha Courtès.

«Est, à compter de la date de signature du présent arrêté, retirée de la liste des promoteurs immobiliers agréés à l’exercice de la profession de promoteur immobilier, la Southwest International Construction Corporation «SICC». Par cet arrêté de Célestine Ketcha Courtès, signé le 3 août 2021 et actuellement partagé sur les réseaux sociaux, Brigitte Soppo Ngalle, la promotrice de la SICC, est retirée de la liste des promoteurs immobiliers au Cameroun. La MINHDU la sanctionne "en considérant les plaintes des 182 acquéreurs du projet «Garden Community 1» victimes d’abus".

L’affaire remonte en 2010 lorsque la SICC lance un projet de construction sur un site de 7 ha, de 181 logements individuels luxueux de type californien (Etats-Unis) au lieu-dit Cité Chirac dans l’arrondissement de Douala 3. Les logements sont censés être livrés au terme de 24 mois. Séduits par le projet, 182 acquéreurs mobilisent plus d’un milliard de FCFA dans cette foireuse opération qui a pourtant bénéficié de la caution du Crédit foncier du Cameroun (CFC). Mais sept ans plus tard en 2017, aucune construction n’est en vue. Les acquéreurs saisissent la justice pour abus de confiance et arnaque. Mais Brigitte Soppo Ngallè justifie le retard de la livraison des logements par des défaillances dans le montage du projet et sa réévaluation à 29 milliards de FCFA contre 7 milliards de FCFA initialement prévus. La promotrice de la SICC promet tout de même de livrer les logements, en vain.

Face à l’incapacité de la SICC de construire les logements ou de rembourser la totalité des montants de ses clients au terme de la conciliation initiée par le MINHDU, l’Etat se saisit du dossier, commande un audit en 2018 et rassure les victimes que leurs lotissements constituent déjà un acquis. Un détail considéré comme une première victoire par les acquéreurs qui, en dépit de la longue impatience, restent vigilants et attendent la suite des évènements.

Le retrait de l’agrément de la SICC est un nouveau désaveu de l'Etat pour la SICC. Il constitue une nouvelle victoire pour les victimes de l’une des escroqueries immobilières les plus retentissantes au Cameroun.

 

 

 

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique