Cameroun - Protection: 100 enfants vulnérables initiés aux métiers de la photographie

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Apr-2021 - 17h06   980                      
1
Enfants de la rue Agencecamerounpresse
C’est une initiative de l’organisation de la société civile Pentecostal Advocates for Social Economic Development (PENASED) en partenariat avec l’UNICEF.

Une vingtaine d’enfants âgés de 14 à 24 ans ont pris part, ce 5 avril 2021 à Yaoundé, à l’atelier d’imprégnation aux métiers de prise de vues. Ces enfants, qui font partie des 100 enfants qui seront formés dans le cadre de ce projet, ont été sélectionnés par le ministère des Affaires Sociales (MINAS).

Les jeunes apprenants ont été édifiés sur le maniement d’un appareil photo. «Les modules développés sont à la fois théorique et pratique… pour la pratique sur le terrain, les enfants auront l’occasion de faire eux-mêmes leur propre photo et nous allons les accompagner dans cet exercice», précise le journal Le Messager édition de ce 7 avril 2021.

Cet atelier a été organisé par Pentecostal Advocates for Social Economic Development (PENASED). C’est une organisation de la société civile apolitique et laïque qui intervient dans les domaines tels que l’inclusion sociale et les droits humains. Elle soutient dans le cadre de ce projet, «les enfants vulnérables classés en huit catégories selon le Tableau de bord social sur la situation des enfants et des enfants au Cameroun (TBS3, 2009): enfants vivant/travaillant dans la rue; enfants séparés des parents; enfants en conflit avec la loi; enfants réfugiés ou déplacés; enfants handicapés et enfants infectés ou affectés par le Vih/Sida et depuis peu les orphelin», indique le journal.

Pour Denise Woambia, délégué départemental du Ministère des Affaires Sociales pour le Nyong et So’o, c’est une formation importante car, «cela n’a pas de niveau scolaire. Il faut juste s’appliquer et se concentrer pour pouvoir gagner sa vie. Nous remercions l’UNICEF et nous allons continuer avec le suivi. Nous prions les partenaires que la formation puisse continuer jusqu’à ce qu’on se rende compte que les bénéficiaires sont autonomes et qu’ils peuvent seul prendre des images fiables», a-t-elle déclaré.

Grâce à ce projet, qui sera mis en œuvre dans cinq régions (Est, Nord, Extrême-Nord, Littoral et Centre), Joseph Wato , Coordonnateur exécutif du Pentecostal Advocates for Social Economic Development, espère changer la perception de ceux qui croient que la photographie «c’est simplement prendre un appareil et on appuie sur un petit bouton et c’est terminé. On ignore que la photographie est un art, un métier qui demande une professionnalisation…Ça nourrit son homme surtout lorsqu’on parvient à évoluer au niveau professionnel. Le photographe le plus riche du monde est riche en milliards de dollars. […] Pour ceux qui seront intéressés, les accompagner jusqu’à la professionnalisation», a rassuré le Coordonnateur du PENASED.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique