Cameroun - Ramadan 2020: Le jeûne du mois de Ramadan fait des dizaines de morts dans la ville de Maroua (Extrême-Nord)

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-May-2020 - 07h41   2631                      
1
Ville de Maroua Archives
La majorité des personnes décédées avait une santé précaire.

Habiba Yougouda, âgée de 45 ans, est décédée le 10 mai 2020, emportée par l’hypertension artérielle. Affaiblie par la maladie, elle n’avait pas cessé de jeûner malgré les conseils de sa famille. Hamadou alias Gounougaya et Mairamou Abana, tous deux diabétiques, sont morts eux aussi, dans des conditions similaires. Ils ont forcé le jeûne alors que leur état de santé se détériorait.

Selon le trihebdomadaire L’Œil  du Sahel qui rapporte cette information dans son édition du 22 mai 2020, ces trois cas sont en réalité la face visible de l’iceberg. «Les chiffres exacts des morts pendant cette période de Ramadan ne sont pas connus, mais selon diverses sources, en trois semaines, des dizaines des cas ont été recensés», soutient le journal.

«Le jeudi 7 mai 2020 entre 6h et 8h, 19 personnes dont 15 adultes et 4 enfants ont été enterrés au cimetière de Dougoi. C’était terrifiant. J’ai assisté à cette cérémonie funèbre complètement abattu», confie Abakar Aguilou dans les colonnes du journal.

Des musulmans expliquent que  le jeûne de Ramadan de cette année aura été plus difficile. «Pendant cette période, des dizaines de personnes, porteuses des maladies opportunistes, ont été emportées avant la fin de la période de pénitence».

Et pourtant, explique l’imam Mohamadou Bachirou, le Coran a prévu des alternatives pour les malades. Ils ne sont pas astreints au jeûne. «L’islam préserve l’intérêt suprême de la vie humaine et tout ce qui menace l’intégrité physique ou morale et qui peut conduire à la mort. Dans les situations de maladie, de danger ou autres menaces à la vie humaine, le Coran a prévu des alternatives», affirme l’autorité religieuse qui ajoute qu’en forçant le jeûne malgré leur état de santé fragile, «les malades n’obéissent pas aux principes islamiques mais font plutôt l’amalgame avec les pratiques traditionnelles».

 

 

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique