Cameroun - Ras-le-bol: L’ambassadeur du Cameroun en France pique une grosse colère contre le percepteur

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Apr-2020 - 01h01   13155                      
29
Alfred Nguini, ambassadeur du Cameroun en France Jeune Afrique
Alfred Nguini a adressé le jeudi 9 avril 2020, une mise en garde à Christophe Ketchankeu, qu’il accuse de bafouer ses instructions et de se prendre pour le patron de la représentation diplomatique camerounaise en Hexagone.

C’est une lettre que l’on pourrait qualifier d’incendiaire. L’ambassadeur du Cameroun en France, Alfred Nguini, a en effet adressé le 9 avril 2020 au percepteur, Christophe Ketchankeu, une correspondance dans laquelle il exprime sa colère.

Dans cette missive qui a pour objet «Mise en garde»,  le chef de la mission diplomatique camerounaise reproche au responsable financier de n’avoir pas appliqué ses dernières instructions en rapport avec le paiement des salaires de certains personnels de l’ambassade.

L'ambassadeur voulait qu’ils reçoivent leur rémunération en espèces tandis que M. Ketchankeu n’acceptait de les payer que par chèques. «Je voudrais saisir cette occasion pour vous rappeler que vous n’êtes qu’un premier secrétaire chargé des finances et rien d’autre. Pendant une trentaine d’années (quel triste record) vous avez laissé croire à qui voulait vous entendre que c’est vous qui faisiez la pluie et le beau temps à l’ambassade, surtout que vous ne cachiez pas que tous les soutiens vous étaient acquis jusqu’au sommet de l’Etat. Vous pouviez donc gérer les fonds publics mis à votre disposition au mépris de la réglementation en la matière. Vous pouviez décider de ne donner satisfaction qu’à ceux qui étaient pas prêts à se compromettre», assène Alfred Nguini.

Il poursuit en signifiant à son destinataire que «cette période est désormais révolue». Il martèle que «l’ambassadeur est, et demeure le seul patron de la mission diplomatique, le seul disposant des pouvoirs qui lui permettraient de parler au nom de l’Etat du Cameroun».

Alfred Nguini reproche au percepteur de se comporter comme si l’Etat du Cameroun «n’existait plus». Il dénonce une «erreur extrêmement grave» et promet de l'intéressé «sans autre forme de procès» pour tout acte de défiance vis-à-vis de l’Etat que lui, l’ambassadeur, représente.

Comme on le voit la querelle entre l’ambassadeur du Cameroun en France et le percepteur de la représentation diplomatique prend des proportions. Des rebondissements sont à prévoir.

Lettre de l'ambassadeur du Cameroun en France (c) capture d'écran

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique